Des jeunes de Sangmélima dans le Sud sont très en colère contre les élites du RDPC

Ils disent être fatigués de « l’instrumentalisation ».

 Un conducteur de moto-cature vidéo 

C’est le moment du vote relatif au renouvellement des organes de base au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc) sur toute l’étendue du territoire.

Cependant, si les politiques cherchent à tout prix et à tous les prix à se positionner, une tranche de la population n’est pas contente des batailles qui se jouent au sommet du parti de la flamme, donnant raison à la célèbre maxime de Patrice Kayo dans les Fables des montagnes : « Quand les éléphants se battent, ce sont les herbes qui en pâtissent ».

C’est en tous cas, l’impression qui se dégage en écoutant une vidéo devenue sur la toile, où des jeunes de Sangmélima, chef-lieu du département du Dja-et-Lobo dans la région du Sud, s’en prennent aux élites politiques de la localité.

Les premiers reprochent aux seconds de ne descendre sur le terrain que lors d’une échéance électorale pour leur tenir des discours très souvent en déphasage avec la réalité.

 « Pendant que la vile souffre voici donc les Prado. Les voitures de 150 millions qui sont alignées pour venir diviser la ville. On le voit que quand il y a la politique pendant que la jeunesse souffre. Rien que ces voitures ragées ici peuvent résoudre les problèmes de 100 jeunes. Nous sommes fatigués de l’instrumentalisation. Ils puissent cet argent où ? », s’offusque la voix d’une jeune dans la séquence qui montre des grosses cylindrées garées, à l’occasion d’un meeting politique.  

Rappelons que Jean Sylvain Mvondo et l’ancienne députée Marie Thérèse Essam candidats respectivement pour le Rdpc et l’OFRDPC du Dja et Lobo I

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !