300 000 comprimés périmés saisis par la Douane au port de Douala

L’information est donnée par la direction générale des Douanes (DGD).

Un élément de la Douane (c) Droits réservés

La lutte contre la vente de faux médicaments continue d’être le cheval de bataille du personnel de la douane. Il y a quelques jours, la direction générale des Douanes (DGD) annonçait la saisie de 1156 cartons de médicaments périmés représentant 320 292 comprimés importés sans déclaration ni autorisation du ministère de la Santé publique (Minsanté).

L’opération de saisie a été menée par le bureau principal des douanes hors classe de Douala port V dans la région du Littoral qui a sécurisé la cargaison interceptée en attendant la suite de la procédure ouverte.

Selon une étude menée par l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun (ONPC), les médicaments vendus dans la rue sont soit, contrefaits, fax ou plutôt, de bonne origine mais sortis du circuit normal de distribution. La même étude précise que 40% des médicaments de la rue proviennent de la contrefaçon.

Cinq ans après le l’instauration par le Premier ministre, du Programme d’évaluation de la conformité avant embarquement (Pecae) en vue de garantir la qualité des marchandises importées au Cameroun, la douane camerounaise se félicite du travail abattu.

« Les nombreuses saisies du bureau principal des Douanes hors classe de Douala port V témoignent, 5 ans plus tard, de la pertinence du Pecae », fait observer la communication de la direction générale des Douanes.

Il reste donc à savoir comment est-ce que ces produits se retrouvent en circulation malgré l’existence de Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise (Lanacome) et du Minsanté qui devrait au préalable, délivrer un visa d’importation.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !