Bruno Bidjang à Dieudonné Essomba : « Pourquoi madame Essomba vous laisse toujours sortir avec les costumes qu’on qualifie de ‘’bizarres’’ ? »

Comme l'impose le ton du programme hebdomadaire Décryptage sur Vision 4, Bruno Bidjang a abordé avec son invité Dieudonné Essomba ce vendredi 16 juillet, des questions aussi crues que le code vestimentaire.

Bruno Bidjang & Dieudonné Esommba (c) Droits réservés

Un sujet de moqueries

L’un des aspects que le journaliste Bruno Bidjang et son invité Dieudonné Esommba ont décrypté hier soir, était le code vestimentaire de ce dernier. L'employé de Jean Pierre Amougou Belinga s’est fait porte-parole des internautes qui très souvent, couvrent l’économiste et statisticien, de « railleries » à cause de son code vestimentaire dont lui seul détient le secret.

Ce d’autant plus que le présentateur du programme dominical « Club d’élites » a pris pour habitude de faire une photo d’ensemble avec ses invités( parmi lesquels sieur Essomba est l'habitué) à la fin de l’émission, laquelle photo, publiée sur la toile, suscite une pluie de commentaires.   Pour illustrer la situation, une image de celui qui se fait appeler « Ekouta Mebi », assortie des souliers troués, est affichée à l’écran.

« Pourquoi madame Essomba vous laisse toujours sortir avec les costumes qu’on qualifie de ‘’bizarres’’ ? », a demandé Bruno Bidjang.

Au moment de répondre, l’ancien chargé d’études au ministère de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire a balayé du revers de la main, ces remarques des internautes parce que, dit-il, elles proviennent de ses détracteurs qui ne manquent pas d'invectives à son encontre et lui en veulent puisqu’ils « n’ont pas réussi à installer leur champion au Palais d’Etoudi ». Par contre, il dit connaitre des personnes habilitées à lui faire des reproches « pertinentes » et dont peut tenir compte.

Ce n’est pas question de moyen

« Il y a des gens qui sont là pour me surveiller », fait-il remarquer à l'ancien « Bébé Zomlo'o» en estimant que l’habillement a une moindre importance par rapport aux idées constructives qu’il apporte chaque fois qu’il est invité sur un plateau de télévision.

A la question de savoir si son statut d’ancien cadre de la fonction publique camerounaise ne lui permettait pas de « soigner son image », Dieudonné Essomba est resté stupéfait : « De quelle image parlez-vous ? J’ai une pension de 240 000FCFA, j’ai ma voiture et des maisons donc je ne suis pas malheureux », a déclaré le consultant médias.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !