Diffusion des nudes sur les réseaux sociaux : Akere Muna souhaite que les auteurs soient confrontés à loi

L’Avocat et homme politique n’est pas resté insensible à l’humiliation d’une femme sur la toile sous le prétexte du fait qu’elle a volé en la forçant de se déshabiller pour filmer et publier la vidéo qui est ensuite devenue virale.

Akere Muna - Capture vidéo

Selon Me Akeré Muna c’est une atteinte grave aux droits de l’homme et les auteurs doivent être punis. « Deux jours de suite, des espaces privés ont été envahis par des citoyens menacés et filmés nus. Ceci en violation de la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants que le Cameroun a ratifiée. Les auteurs de cette torture doivent faire face à la loi », écrit l’homme politique.

 

Anne Féconde Noah Biloa n’est pas restée aussi indifférente à cette affaire et déplore l’humiliation de la dame, même si elle aurait volé. « Cette association de malfaiteurs d'un autre genre qui aurait aussi pu appeler la police, porter plainte etc ; a saisi l’occasion pour exprimer des penchants bizarres, au nom de la justice populaire. Non contents de leurs forfaits, ils ont mis la vidéo en circulation sur les RS. S’il y a bien évidemment lieu de condamner ce vol (si avéré) avec la dernière énergie  et exiger réparation, c’est tout de même effrayant de constater le degré de cruauté qui s’est développé dans certains esprits de ce pays. Comment peut-on arriver à insulter l’humanité à point ? Mais quel sadisme! », déclare la porte-parole de Cabral Libii et du PCRN.

Plusieurs acteurs de la société civile se sont indignés à l’instar de Njoya Moussa, ainsi que les partis politiques comme le MRC.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !