Kondengui : Un prisonnier handicapé se fait passer pour Mvondo Ayolo pour arnaquer les chefs d'Etats

Les malices du présumé arnaqueur de haut vol ont été mises à nue par les hautes personnalités du Niger à qui il tentait d’arnaquer de sommes d’argent colossales.

Prison centrale de Kondengui (c) Droits réservés

 Jacques Calvin Eyafa n’aura pas un nouveau gibier dans son piège. Le pot aux roses de l’infirme âgé de 46 ans a été découvert par des hautes personnalités du Niger qu’il a tenté d'escroquer.

En effet, le détenu à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé depuis le 8 juillet 2019 était jusque-là, un imposteur qui se passait pour Samuel Mvondo Ayolo, directeur du Cabinet civil à la présidence de la République, pour dépouiller des hauts commis des Etats, des fortes sommes d’argent.

S’il a parfois réussi son coup, cette fois, il ne réussira pas. Après avoir pris le numéro de l'ambassade du Niger sur Google comme l’indique la police, Jacques Calvin Eyafa n’a pas tardé à faire savoir à l’ambassadeur, le supposé désir du président Paul Biya à discuter avec son homologue nigérien Mohamed Bazoum.

Sans suspicion ni gêne, l'ambassadeur va lui filer le numéro du cabinet civil du Niger. L’homme de l’ombre prendra attache avec le président Bazoum par téléphone et au cours de l'échange, la communication va s'interrompre.

Curieuse, la présidence nigérienne passe à la vérification du contact téléphonique auprès de Samuel Mvondo Ayolo lui-même, et une enquête sera ouverte par la Délégation générale à la Sureté nationale.

Au terme des enquêtes, la DGSN géolocalise le numéro à la prison centrale de Kondengui dans la capitale politique où l’accusé est péché manu militari.

Interpellé, il ne nie pas le fait pour lequel il est pris mais veut en dissimuler d’autres. Sauf que l’exploitation de son téléphone renseignera qu’il a eu pour victimes, des chefs d'États dont le Chef d'État Malien, les Ambassades comme celles du Gabon, de France, du Kenya, des Directeurs généraux et entreprises à qui il a tenté d’escroquer de l’argent au nom du DCC.

Jacques Calvin Eyafa a néanmoins réussi à estoquer plus d’un million de FCFA à une ONG basée en Nairobi et « au moment de son arrestation, il attendait un paiement d'environ 200 millions de FCFA d'une ONG américaine ainsi que d'une autre basée à Paris », rapporte ABK radio.

Un acte qui viendra sans doute allonger le séjour du quadragénaire dans les geôles de Kondengui.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !