Le ministre du Commerce ordonne le retrait de l’eau SANO sur le marché camerounais

Par correspondance en date du 4 mars 2021, le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, suspendait pour une durée de 6 mois la société SANO SA, pour « non-respect des normes d’exploitation et de conditionnement de l’eau des bouteilles et de bonbonnes d’eau destinée à la consommation du public en application des dispositions des articles 95, 213, et suivant la loi n° 2016/017 du 14 décembre 2016 portant Code minier… ». Informé, le ministre du Commerce a ordonné 24 heures plus tard, le retrait « immédiat » des produits de ladite société de la circulation.

Image d'illustration (c) Droits réservés

La décision du Mincommerce est contenue dans une lettre à l’intention du chef de la Brigade nationale des Contrôles et de la Répression des Fraudes de son département ministériel.  Luc Magloire Mbarga Atangana dit agir « au nom de la préservation de la santé des consommateurs ».

« Je vous demande d’organiser, toutes affaires cessantes, le déploiement de vos équipes sur le terrain en vue de procéder au retrait immédiat des produits incriminés du marché », peut-on lire.

De son côté, Sano SA déclare n’avoir jamais été formellement notifiée par les pouvoirs publics, non sans regretter apprendre une telle décision à travers les réseaux sociaux.

« La société Sano SA apprend avec stupéfaction par les réseaux sociaux l’existence d’un arrêté ministériel qui portait suspension des activités d’exploitation et de conditionnement de l’eau SANO. Par la présente mise au point, la société SANO tient à préciser qu’elle n’a pas n’a pas encore été notifiée de cette décision », s’est plainte l’entreprise incriminée, rassurant dans la foulée ses consommateurs de la qualité « irréprochable » de ses produits.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !