Module ads 2



Les nouveaux chiffres de la Covid-19 au Cameroun cachent-t-ils un projet vaccinal?

Le nouveau membre de la Commission des droits de l’Homme du Cameroun Denis Nkwebo soupçonne une volonté des pouvoirs publics de préparer une campagne de vaccination contre le nouveau Coronavirus dans les jours à venir.

Le Minsante dans la lutte contre la Covid-19 (c) Droits réservés

Le Cameroun ne s’est toujours pas clairement prononcé concernant l’introduction du vaccin sur son territoire. Toutefois, une résurgence de la pandémie sur son sol laisse présager une accélération dudit processus. En effet, les chiffres actualisés de la Covid-19 telles que publiés par le ministre de la Santé publique Manaouda Malachie font état de : 35 714 cas confirmés, 32 594 551 Décès et 2 672 cas actifs dont plus d’une centaine sous oxygénothérapie.

Fort de ces données, l’Etat du Cameroun accentue les communications publiques dans le sens d’inviter les populations à renforcer les mesures barrières. Dans le même ordre d’idées, des rumeurs sur le retour au confinement se font de plus en plus nombreuses au sein de l’opinion publique.

Le vaccin bientôt au Cameroun?

Les Camerounais ont pour la plupart affiché leur désapprobation quant à l’idée d’introduire un vaccin contre le Coronavirus sur leur territoire. Du coup, le retour en force de la maladie est vu par certains comme une machination gouvernementale pour faire subtilement passer le projet de vaccination au Cameroun. C’est par exemple ce que pense Denis Nkwebo dans un tweet partagé ce 2 mars 2021. « Derrière les chiffres du Covid se cache un projet vaccinal ! », souligne le président du SNJC.

Une inquiétude qui épouse une récente sortie du Minsante. Via le même canal Twitter, Manaouda Malachie a laissé entendre que le vaccin serait la solution idoine pour juguler la situation épidémiologique actuelle. « Au vu de sa situation épidémiologique, le Cameroun pourrait avoir besoin du vaccin Covid avec un caractère non obligatoire pour réduire les formes graves et les décès. La priorité devrait être les personnes les plus exposées et celles ayant des comorbidités. Les autres suivront », a-t-il publié le 1er mars.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !