Crise anglophone : Un chef séparatiste déclaré persona non grata dans son Lebialem natal

Christopher Anu Fobeneh, Secrétaire à la communication et à l’informatique du gouvernement intérimaire d’Ambazonie, a été déclaré persona non grata dans le Lebialem, un département de la région du Sud-Ouest du Cameroun.

Chris Anu (c) Droits réservés

La décision rendue publique à Yaoundé mardi 16 février fait suite au meurtre de trois chefs traditionnels à Essoh-Attah par des séparatistes armés.

Selon les habitants du Lebialem, le célèbre combattant séparatiste Oliver Lekeaka alias Field Marshal, suivant les instructions de son frère ainé, Chris Anu, a tué les chefs Fualasoeh Peter, Formin Benedict et Simon Forzi dans la nuit du 13 février 2021.

Réunis mardi au Musée national de Yaoundé pour dénoncer les séparatistes et leurs actes, les habitants de Lebialem, à travers la voix de leurs chefs traditionnels et de leurs élites, ont dit leur raz le bol.

« Chris Anu, je veux vous dire ceci, que nous vous avons collectivement banni de Lebialem. Que vous ne mettrez plus jamais les pieds sur le sol de Lebialem. Chris, je veux vous le faire savoir et vous demander d’arrêter de perdre votre temps sur votre République Facebook pour réfuter les actes que vous avez si soigneusement planifiés avec votre frère Lekeaka le 13 février 2021 », a tonné le ministre Paul Tasong.

Il a appelé les habitants de Lebialem du monde entier à crier fort pour que le gouvernement des États-Unis entende leur cri : « Je demande aux habitants de Lebialem de crier à haute voix jusqu’à ce que les autorités du pays où vous vivez entendent notre cri (…) je leur demande de rappeler à ces autorités que le Cameroun continue de jouir et de chérir leur amitié. Le Cameroun respecte ses positions fortes et puissantes contre toutes les formes de violations des droits humains », a poursuivi Tasong.

L’élite de Lebialem a invité dans pendant la cérémonie à cesser « héberger un criminel comme Christopher Anu, qui, sans voiler son visage, a déclaré et exécuté des actes odieux contre le peuple épris de paix de Lebialem ».

« Les États-Unis ne peuvent pas héberger sans remords, un homme, pasteur d’ailleurs, qui a non seulement fait un faux pas, mais avec sa bande de voyous, sponsorise et dirige des actes de violence horribles et indescriptibles contre le peuple camerounais », a résumé Tasong.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !