Luc Messi Atangana veut installer des capteurs à Yaoundé pour mesurer la pollution atmosphérique

Par voie de communiqué, Luc Messi Atangana, maire de la capitale du Cameroun, indique qu’il  conduit actuellement un projet de mise en place d’outils de lutte contre la pollution atmosphérique dans la capitale politique camerounaise. « Le projet vise le contrôle des risques sanitaires liés à la présence des particules fines dans l’air », explique-t-il.

Ville de Yaoundé (c) Droits réservés

Selon le super maire, les objectifs de ce projet consistent à établir « un diagnostic de la pollution, suivi de la mise en place d’outils d’aide à la décision pour le contrôle de la pollution et enfin la mise en œuvre d’actions à court terme et l’évaluation de l’impact généré ».

Dans cette optique, Luc Messi Atangana invite les populations de la ville, en général, et « les propriétaires des véhicules et bâtiments aux abords des principales voies en particulier » à permettre l’installation de capteurs de pollution et à réserver un accueil aux enquêteurs pour permettre le bon déroulement de ce projet qui vise l’amélioration de la qualité de l’air.

Selon un récent rapport de la Commission économique pour l’Europe et la Commission économique pour l’Afrique, 80 % des véhicules importés dans le pays sont âgés de plus de dix ans par rapport à leur première mise en circulation et moins de 5 % des véhicules sont acquis neufs auprès de concessionnaires locaux.

« La plupart des Camerounais disposent d’un pouvoir d’achat qui ne leur permet pas de s’offrir des véhicules neufs. Ils acquièrent alors des véhicules d’occasion, essentiellement en provenance d’Europe, par ordre d’importance les marques japonaises (Toyota, Nissan), françaises (Peugeot, Renault) et allemandes (Mercedes, Volkswagen) », explique le rapport.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !