Hervé Emmanuel Nkom : « Le document ultra essentiel à protéger c’est l’acte de naissance »

Le cadre du Rassemblement du démocratique du Peuple camerounais (RDPC) s’est prononcé le 15 janvier 2021 sur la problématique de la délivrance des cartes nationales d’identité et des passeports au Cameroun dont les services connaissent de fortes perturbations. C’était au cours d’un entretien avec nos confrères de la Radio ABK à Douala.

Emmanuel Nkom (c) Droits réservés

Le 8 janvier, après une semaine de manifestations de citoyens dans les médias et sur les réseaux sociaux, les responsables de la police camerounaise sont finalement sortis de leur réserve pour s’expliquer sur ce sujet. Martin Mbarga Nguele face à la presse, a évoqué des dysfonctionnements techniques et un changement d’opérateur.

Selon Emmanuel Nkom, la non délivrance des cartes nationale dans notre contexte, peut être un frein pour le développement économique : « Concernant les difficultés d’accession à la carte d’identité, je sais qu’on a l’art de banaliser ce qui est important. Nous avons la carte d’identité qui doit évoluer au Cameroun. nous avons un gros problème, parce qu’ une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle. Cette situation cause un ralentissement des activités économiques; on est donc face à un très gros problème de sécurité ».

Toutefois, concernant les actes de naissance proprement dit, l’homme politique estime que « c’est même le document qu’il faut avoir avant les autres; car, c’est cette pièce qui permet de faire une carte d’identité ou encore un passeport… Il est indispensable pour la sécurité »

Suivant cette logique, indique-t-il, le document « ultra essentiel à protéger c’est l’acte de naissance ».  « Mais, on se rend compte que pour qu’un camerounais puisse avoir un état civil, c’est très compliqué. La solution serait de recommencer tout dès le début, c’est à dire arranger premièrement la situation des actes de naissance et ensuite améliorer les conditions de délivrance des cartes nationales d’identité. La non possession de documents officiels affecte l’évolution de des citoyens. La question est très importante il s’agit de notre sécurité collective», s’est-il préoccupé.

Pour mémoire, dans une conférence de presse à la démarche d’une communication de crise, Dominique Baya, le secrétaire général de la Délégation générale à la sûreté nationale  (DGSN), s’est employé à expliciter les raisons des retards et pénuries observés dans la délivrance des cartes nationales d’identité et des passeports.

L’ancien commissaire divisionnaire a ainsi exposé une série de raisons, en insistant sur l’incivisme des usagers. Il a notamment dénoncé les détenteurs de multiples identités, qui refuseraient « de faire valider leur identité authentique, car ils ont développé d’autres avantages avec celles-là ». Selon la police, plus de 3 millions de personnes sont en situation de double nationalité.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter