Judith Yah Sunday dénonce une « campagne médiatique » contre le lancement du réseau mobile de Camtel

Les propos du directeur général de Cameroon Telecommunications(Camtel) sont contenus dans une note de services adressé au personne de l’entreprise publique le 13 janvier 2021. 

 Judih Ayah Sunday (c) Droits réservés

Message au personnel

Dans une correspondance en date du 11 janvier 2021, le ministre des Postes et Télécommunications émettait ses réserves sur la programmation du lancement du réseau mobile.

« Vous avez planifié le lancement du réseau mobile pour le 21 décembre 2020, sans business plan. Au cours d’une réunion que j’ai présidée en présence du régulateur le 16 décembre 2020 dans ce cadre, ce lancement avait été différé en raison des insuffisances règlementaires notoires à la mise en œuvre du réseau mobile. Dans un courrier reçu le 7 janvier 2021, vous m’invitez à présider le lancement du mobile pour le 13 janvier 2021, sans rendre compte de la levée des réserves formulées au cours de la réunion du 16 décembre 2020. Tout ceci ne permet non seulement pas d’assurer une entrée réussie de l’opérateur historique dans le segment de la téléphonie mobile (pourtant tant attendue), mais aussi de rassurer les acteurs du secteur sur la neutralité, la transparence, la non-discrimination et l’objectivité de Camtel à gérer les segments de monopole de fait (fixe, transport) », écrivait-elle.

Une cabale ?

Deux jours plus tard, Judih Ayah Sunday a rendu publique une note de service où elle déplore une campagne contre l’opérateur de téléphonie mobile de l’Etat quelque temps après l’annonce du lancement de son réseau mobile.

« En remontant dans le temps, il faut savoir que l’aboutissement des efforts menés par les équipes dirigeantes successives de la Camtel, sous la houlette de notre tutelle technique, madame la ministre des Postes et Télécommunications, et qui a conduit à l’attribution de trois conventions de concession d’exploitation de réseaux de communications électroniques dans les domaines fixe, mobile et transport, n’a pas fait plaisir à tous les acteurs de notre écosystème », a écrit la DG de Camtel avant d’ajouter qu’ « Il est notoirement connu que certains de ces acteurs ont longtemps été à l’origine du blocage de l’attribution de la licence de mobile à Camtel ».

Compte rendu

Selon le patron de Camtel, le poids de certains futurs concurrents du projet soutiendrait ce qu'elle qualifie de « campagne médiatique » et qui « ne suscite pas mal d’interrogations aussi bien auprès du personnel que du grand public ».

La note administrative du DG de la Camtel était aussi, en filigrane, on peut le croire, une réponse à la correspondance du ministre le 11 janvier dernier : « La poursuite régulière des séances de travail entre les équipes de Camtel et de l’ART (le régulateur, Ndlr) a abouti à la levée des obstacles d’ordre commercial, technique, financier et règlementaire initialement identifiés. Je puis vous (le personnel de Camtel, Ndlr) assurer avoir personnellement reçu des mains du directeur général de l’ART, les autorisations nécessaires à l’exploitation de notre réseau mobile », s’est-elle adressée à son personnel à qui elle demandait de rester mobilisés.

Pour rappel, dans sa correspondance, Minette Libom Li Likeng n’a pas manqué de déplorer les « irrégularités » et d’autres maux qui entachent la Camtel et qui sont « de nature à compromettre le climat social au sein de l’entreprise… », pouvait-on lire.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !