La production de CNI va passer de 10000 à 15000 pièces par jour et le passeport sera disponible en 48H, assure Mbarga Nguélé

Sous le feu des critiques par rapport à la lenteur de la procédure d’obtention de la CNI et du passeport, Martin Mbarga Nguélé est sorti de sa réserve au cours d’une Conférence de presse qui s’est tenue le vendredi 8 janvier 2020.

Martin Mbarga Nguélé (c) Droits réservés

Au plus hauts des revendications des Cartes d’identité, la Délégation générale à la sureté nationale a apporté des éclaircis sur la situation. « Nous sommes dans un processus de sécurisation de la nationalité camerounais. Plus de 3 millions de personnes sont en situation de double voire triple identité », a-t-il fait savoir.

L’ancien système de production des CNI présentait de nombreuses failles, la principale étant la possibilité d’établir plusieurs cartes pour une même personne, ce qui ouvrait la porte aux personnes qui pouvaient avoir plusieurs identités pour commettre des crimes, toucher les salaires des autres ou « naître de nouveau ».

Pour lui, il a été urgent d’installer un nouveau système qui peut mieux protéger la nationalité camerounaise ce deuxième système vient résoudre ce principal problème, car actuellement au Cameroun, plus de trois (03) millions de personnes sont en situation de double voir triple identité. Ce qu’il faut noter est qu’en pareille circonstance seule la première identité est la véritable, mais, ceci pose un grand problème aux détenteurs de double identité qui ont déjà passé une vie avec la seconde identité, ils travaillent avec, ont des diplômes avec et de multiples autres avantages avec cette identité-là, les gens restent donc attachés à leurs nouvelles identités et refusent totalement même de parler de l’ancienne est reconnue par le système.

Actuellement, précise la DGSN, notre pays compte 280 postes d’identification et 50 postes mobiles pour une production de 10 mille cartes par jour et bientôt nous seront à la capacité de 15 mille cartes. Elle reconnaît néanmoins qu’il y a encore quelques soucis techniques et des lenteurs dans les livraisons du matériel ce qui peut ralentir le processus de production. Mbarga Nguélé n’a pas manqué de dénoncer ce qu’il appelle « récupération politique » au sujet de la situation de production des pièces officielles au Cameroun.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.