Douala : Un homme et ses 3 enfants empoisonnés par sa concubine

 Alors que se tenait les rites traditionnels dans un village, une femme avoue avoir mis fin aux jours de son amant et ses 3 enfants.

illustration (c) Droits reservés

Le récit glacial d’un 20 février 2020 que relate  agencecamerounpresse ne laisse personne indiffèrent :
« La dame avait préparé le Kontchap (mets traditionnel de l’Ouest Cameroun) que toute la famille avait dégusté. Tous sont sortis, l’époux et la maîtresse de maison pour des courses personnelles et les enfants se sont rendus dans une fête à laquelle ils avaient été conviés. De retour dans la nuit, les parents sont allés prendre leurs enfants et c’est quand ils arrivent devant le portail que la maman se rend compte que les enfants ne l’avaient pas fermé. Ils sont entrés et se sont rendus compte que rien n’avait été volé.
C’est pendant que toute la famille était sortie que l’ancienne compagne du père de la maison est entrée, s’est dirigée vers l’endroit où on garde la nourriture du patron de la maison.

Dans ses déclarations, elle précise qu’il n’a plus voulu d’elle à cause de la grande charge familiale qu’il portait. Il ne voulait plus effectuer des dépenses supplémentaires. Ce que la concubine n’a pas apprécié. Elle est restée dans son coin après avoir au préalable fait des menaces à son ex amant.

Il faut aussi dire que celui – ci élevait les porcs qui ne faisaient que mourir. Et tout le monde a soupçonné une main criminelle. C’est donc pendant que tous sont dehors qu’elle rentre dans le domicile et met le poison dans le plat réservé au monsieur mais pas dans la marmite. Elle savait très exactement ce qu’elle faisait…
A peine arrivé à la maison, le mari demande à son épouse de lui servir à manger. Cette dernière a donc pris ce qu’il avait gardé pour lui et a mélangé avec le reste du repas afin de servir chaud. Ayant donné à ceux qui voulaient manger, elle est allée se coucher.

Cependant, le petit dernier a décidé qu’il ne peut manger qu’avec sa maman et s’est mis à faire des caprices. C’est ainsi qu’elle se lève donc pour le nourrir et en passant, prend elle aussi quelques bouchées du repas, en fait ce que l’enfant a laissé dans le plat et la cuillère pleine d’huile. C’est la raison pour laquelle son cas n’a pas été trop grave. Contrairement à son mari et aux trois autres enfants qui ont consommé avec beaucoup d’appétit ce qui s’est révélé être leur dernier repas…
Au village, pendant qu’on faisait les rites, nous avons cerclé les lieux. C’est à ce moment qu’on voit comment la fille vient, elle guette par ci par là, cherchant peut être une position. Et à la fin pour venir dire que c’est moi qui ai tué mais seul le père était visé. Je n’ai jamais voulu m’en prendre aux enfants, encore moins à leur maman. Elle donne les raisons qui l’ont amené à poser cet acte. Il s’agit d’une fille Bafang ».

De la même source on apprend ceci : le chef de famille était âgé de 35 ans et commerçant au marché central de Douala, ses trois enfants, respectivement âgés de 12 ans, 8 ans et 1,5 an. La maman et sa fille qui elles n’ont pratiquement pas mangé le fameux Kontchap restent inconsolables.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !