Cameroun : Roméo Dika envoie un nouvel ultimatum au régime Biya

Roméo Dika a encore laissé transparaitre sa colère à l’endroit de certains membres du comité de Rassemblement démocratique du Peuple camerounais (RDPC), formation politique dont il est militant.

Roméo Dika (c) Droits réservés

En effet, les artistes camerounais qui avaient donné un coup de main à la campagne du RDPC lors de la présidentielle d’octobre 2004, ne sont pas, 15 ans après, rentrés dans leurs droits. La facture dont le montant s’élève à 90 millions de FCFA tarde toujours a être réglé. Cette situation qui dure déjà trop, est devenue un challenge pour Roméo Dika, qui conduisait la caravane d'artistes.

Sur le plateau de l’émission hebdomadaire « La cours des Grands », édition de ce samedi 8 février 2020, présentée par Jean Bernard Atangana, l’auteur du titre à succès « Le mari de ma femme », a indiqué que tout est fin prêt pour que les artistes camerounais se révoltent contre le RDPC.

Qui est ce qui coince ?

Après 15 ans de procédure sans issus, Roméo Dika fait savoir que le chef de l’État avait donné les instructions pour que les artistes soient payés, mais, à cause de « certains coronavirus » établis au sein du comité central du parti au pouvoir, qui imposeraient des conditions pour que la volonté du président de la République soit actée, les fonds ont été bloqués.

Selon le promoteur de la RDA, si après le prochain remaniement ministériel, Paul Biya continue de garder certains de ses collaborateurs, qui n’ont pour seule fin que de causer du mal aux Camerounais, « tous les artistes retourneront leurs vestes » contre lui. « Si un, deux, trois, quatre, cinq artistes chantent contre le régime, il va tomber », soutient-il.

« Il faut que cette affaire-là s’arrange. Il ne faut pas que le RDPC ait les artistes en face, parce que c’est moi-même qui serai le commandant de bord dans ce bateau », a-t-il formulé.  

De mémoire, le samedi le 11 janvier 2020, le promoteur de la Radio des Artistes avait annoncé une « sortie spectaculaire » devant le siège du parti le 24 du même mois. Il avait été stoppé dans son élan par le Pr Messanga Nyamding qui indiquait avoir entrepris des démarches pour que la facture soit payée. La médiation semble avoir mal tournée.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !