Cameroun : le promoteur de Général Express voit "une main criminelle qui se cache derrière" l'incendie du siège de Bafoussam

Après l'incendie des locaux de l'agence de transport inter-urbain le 7 août dernier, le quotidien Le Jour est allé à la rencontre du promoteur de cette structure pour  faire l'état des lieux en termes de ravages.

DR

Tout en reconnaissant qu’il ne connait pas la provenance de l’incendie, le promoteur de l’agence voir tout de même une volonté criminelle derrière cet incendie. « C’est vrai qu’on ne sait pas d’où vient cet incendie, mais une main criminelle se cache derrière. Un usager a témoigné qu’il a vu des trous derrière le magasin, par lesquels ceux qui ont mis le feu ont pulvérisé ce qui a tout brûlé. Nos installations ne souffrent d’aucune défaillance », déclare Jean Paul Nogou.

Le ravage de l’agence de Général Express voyage par les flammes a causé beaucoup de dégâts matériels dont le patron de la structure fait le point dans les colonnes du quotidien Le Jour de ce 9 août 2018. « Beaucoup de documents ont été consumés, mais à partir des recoupements dans les différentes agences et les déclarations de nos clients, nous allons tenir un fichier des choses perdues. C’est quand même colossal, au regard de ce que cet espace était aussi notre magasin de pièces de rechange, de pneus, des colis des passagers et autres », poursuit Jean Paul Nogou.

Une enquête approfondie initié par la direction de l’agence va venir mettre la lumière sur cette incendie.

En guise de rappel, Général Express est sur le coup d’une suspension de 2 mois avec sursis pendant 6 mois pour non-respect de la réglementation en vigueur Cameroun. Deuxième suspension en 1 an. Dans un communiqué datant du 2 août, la direction de la structure a pris acte de cette suspension.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !