VIDEO : Découvrez pourquoi Ernest Obama serait à l’origine de la sanction de Sidoine Monkam à Vision 4

La diffusion sur les antennes de VISION 4 de la vidéo montrant l'homme politique Vincent Sosthène Fouda dans une posture pas confortable, a créé un tolet chez les internautes. En guise de sanction ou de mesure pour calmer les ardeurs (S’il faut l’interpréter ainsi), le patron du groupe l’Anecdote a décidé de relever la journaliste Sidoine Monkam de ses fonctions, elle qui posait sa voix sur le fameux reportage.

Ernest Obama - Directeur de Vision 4 - DR

Sauf que, beaucoup d’internautes pensent qu’en réalité la jeune journaliste n’a fait qu’accomplir une tâche déjà préméditée par sa hiérarchie. Lebledparle.com a voulu comprendre. Décryptage.

Le matin du 15 novembre, alors qu’une vidéo fait le tour d’Internet, mettant en scène Vincent Sosthène Fouda dans une posture pour le moins étrange, voire troublante, Vision 4 est la seule télévision qui décide d’en parler dès 10h. Des internautes se plaisent d’ailleurs à le rapporter sur la toile. Comme tous les matins, la télévision offre à ses téléspectateurs la célèbre émission Tour d’horizon basée sur l’analyse et le commentaire de l’actualité et des faits divers.

Durant l’émission présentée par Ernest Obama présentateur pour l’occasion, deux positions se font clairement ressentir. D’abord celle de Parfait Ayissi qui tente de défendre l’homme politique, y voyant du sabotage et peut être un montage ( A ce moment là, Vincent Sosthène Fouda n’a pas encore publié son communiqué où il parle d’agression). En face, Ernest Obama, le directeur de la télévision. Dans sa posture de modérateur, il fait tout pour faire passer son idée durant toute l’émission, transformant l’ordre du jour de l’émission, en mettant par exemple de côté la fameuse rubrique « Kongossa du jour » animée par Francis Bonga.  «  C’est la thématique finalement ? » lance Francis Bonga. « Non ce n’est pas la thématique, c’est un sujet qui est intéressant » répond Ernest Obama. [ 53’] L’émission était partie pour avoir comme thématique principale les résultats du concours de l’Enam si l’on s’en tient à l’intro du modérateur.

Plus loin, le présentateur de Club d’Elite, promet à ses téléspectateurs - qui demandent la vidéo - de l’exploiter plus tard «  On va revenir sur la vidéo demain, on verra même l’exploitation qu’on peut en faire » déclare t-il. [ ]. Ce qui présageait déjà que les téléspectateurs entendront encore parler de cette affaire incessamment ?

Dans les analyses et commentaires d’Ernest Obama (avec un ton ferme face à ses collègues sur la table), Lebledparle.com a pu noter de nombreux rapprochements entre le discours du Directeur de Vision 4 à 10h et celui du récit de Sidoine Monkam à 20h

Sur la mort politique

«  J’ai l’impression que cette vidéo c’est sa mort politique, parce que je n’imagine pas le camerounais, choisir un président de la république dont le sexe est connu » déclare Ernest Obama [  31’] . Dans le commentaire au journal, la journaliste relevée de ses fonctions déclare « Sur la plan politique, une existence n’est plus envisagée, car on voit mal les camerounais élire un homme dont la nudité n’est plus un secret pour personne. »

Rapprochement avec Dominique Strauss-Kahn

« Un homme politique doit avoir des égards. Parfait Ayissi, Tout le monde sait, que s’il n y avait pas eu le problème Nafisatou Dialo, Dominique Strauss Kan serait devenu président de la République Francaise. » déclare Ernest Obama [1H 06’ 56’’] « Comme Dominique Strauss-Kahn, Vincent Sosthene Fouda vient d’enterrer dans cette video, le rêve qu’il caressait de se retrouver à Etoudi. » déclare la journaliste dans son commentaire au 20h.

Sur les hypothèses de la scène.

La journaliste affirme dans son papier au journal de 20h que « L’hypothèse d’une scène de ménage, seule, est la plus plausible. ‘’Tapeur dos’’, ou ‘’Taper dos’’ comme cela se dit au Cameroun de manière vulgaire, Vincent Sosthène Fouda aurait été pris en flagrant délit de consommation de la chose d’autrui… » Lance t-elle. Ce qu’a également défendu Ernest Obama durant l’émission. « Je pense à l’hypothèse d’un flagrant délit. On a du lui dire qu’il y a un monsieur qui sort avec la même petite que toi, il va arriver à telle heure. Il est venu les surprendre, le gars (Vincent Sosthene Fouda, ndlr) n’a pas eu le temps pour remettre sa culote. Conséquence il se retrouve là » lance Ernest Obama [39’ 30 ‘’]

Bien plus, on a pu constater qu’au journal de Jean Jacques ZE, contrairement au reportage sur la crise au Zimbabwé qui a précédé le papier de Sidoine Monkam, ce dernier ne portait pas de Synthé. Simple erreur technique ?

A titre de rappel, tous les reportages diffusés au journal sont validés en conférence de rédaction par le rédacteur en chef puis par le Patron de la direction de l’information.