Cameroun: un scandale minier de l'or à Eséka

Les villages Bat Bat, Bogso, l’arrondissement d’Eséka et ses environs sont les lieux où il est interdit de mener une activité minière non autorisé depuis le trente un octobre dernier.

 

Document administratif
Arreté préfectoral

C’est un arrêté préfectoral n° 270/AP/JO8/SP signé de Peter Tieh Nde, qui siffle la fin de la chasse à l’or clandestin à Bat Bat, Bogso, Eséka et ses environs.

Interdiction qui couvre une superficie d’environ six mile soixante deux mettre carré. Un territoire six fois le département du Wouri. Avec  une population totale de cent vingt neuf miles huit cent dix neuf.

Le document administratif invite les populations à s’organiser en groupement d’initiative commune (GIC) ; en entreprise de l’artisanal minier.

Certaines sources font état d’une activité qui date déjà. Et elle permet aux familles du coin de joindre les deux bouts de l’année.

La collecte de l’or varie tout comme les gains journaliers. Toujours selon la même source un chercheur d’or reconnait pouvoir ramasser jusqu’à « un gramme d’or par jour ». Un autre peut vendre ses pierres précieuses entre « 5000 et 10000 FCFA ».

Il est exact que l’accident ferroviaire a sali l’image de la ville depuis ce vingt un octobre deux mil seize.

Cette découverte de l’or dans la ville d’Eséka nettoie cette image. Contribue à diversifier les activités économiques du chef lieux du département du Nyong -Et- Kélé, Région du Centre Cameroun. 

Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX