CAMEROUN : Gilbert TSIMI EVOUNA exige 600.000 FCFA par an aux ''callboxeurs'' de Yaoundé

Ils sont tenus de louer de nouveaux kiosques construits par la Communauté Urbaine à un montant de 50.000 FCFA le mois afin d'exercer leur  métier, bien au delà de leurs capacités.

Call-box de yaoundé
illustration-DR

Dans sa dynamique de modernisation et d’embellissement de la ville de Yaoundé, le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), Gilbert TSIMI EVOUNA a fait construire de nouveaux kiosques. Il a à cet effet été demandé aux tenanciers de kiosques pour vente de crédit téléphonique (call-boxeurs), qui occupent actuellement le trottoir et la chaussée de déguerpir pour rejoindre  les kiosques. Pour ce faire, il faut débourser une somme de 600.000 FCFA non remboursable l’an en guise de bail pour intégrer lesdits kiosques. Chose qui a eu le mérite de mettre les gérants de call-box en colère.

"Depuis un certain temps, les services communautaires  exigent qu'on les occupe. On nous demande 50 000 FCFA par mois pour la location de ces espaces. Ce n'est pas à la portée de tous les call-boxeurs. Moi personnellement, je ne fais pas un bénéfice de 50.000 FCFA le mois. Nous sommes perdants sur toute la ligne ", explique Elise,une call-boxeuse à la rédaction de Lebledparle.com

Il est par ailleurs reproché à la CUY le fait d’avoir pris une décision unilatérale, sans consulter les principaux concernés pour un éventuel consensus. De plus, l’usage de ces kiosques obéit à des règles strictes. Disposant de cameras de surveillance, il est quasi-impossible de mener une activité autre que celle inscrite dans le bail de location «si en plus de la vente du crédit téléphonique, tu veux vendre par exemple de  la boisson, on refuse ou ajoute d’autres taxes », poursuit la même source.

Toutes choses qui irritent sévèrement les vendeurs de crédits de communication, quand on sait que l'activité n'est plus aussi bénéfique que par le passé. En effet, les tenanciers de call-box jouissent actuellement d’une marge bénéficiaire de 5% sur le chiffre d’affaire réalisé.  Ils en appellent de  ce fait, les opérateurs de téléphonie mobile à plaider leur cause auprès de la CUY.

Rappelons qu’à travers ces nouveaux kiosques dont la mise en service officielle a eu lieu le mercredi 02 août 2017, la Communauté Urbaine de Yaoundé, entend lutter efficacement contre l’anarchie qui règne actuellement dans la ville et donner ainsi, un nouveau visage à la capitale camerounaise.

Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Lebledparle uses cookies to improve your experience and optimize the functioning of the site. Targeted advertising content may also be presented to you. By continuing to browse, you certify that you accept the use of cookies. You can also accept these cookies by clicking on "Accept and continue". CONTACT US