Pris de colère, Alpha Condé traite des étudiants Guinéens de « de mal éduqués, mal élevés et de cabris » - VIDEO

Lors du lancement le jeudi 1er juin, des travaux du premier Forum de l’étudiant guinéen, le président Alpha Condé a piqué une colère noire contre des étudiants qui lui réclamaient de nouveau «leurs tablettes».

Alpha Condé lors du lancement le jeudi 1er juin, des travaux du premier Forum de l’étudiant guinéen - Capture Vidéo

Cette revendication, censée rappeler au président sa promesse de doter chaque étudiant guinéen d’une tablette, a déclenché une réplique violente. «Ceux qui ont crié sont mal élevés. Vous n’êtes pas le reflet des étudiants guinéens. Vous n’êtes que de petits étudiants excités», a affirmé le chef d’Etat alors qu’il continuait d’être hué par une partie des étudiants massivement mobilisés au Palais du peuple de Conakry où s’est ouvert le Forum de l’étudiant guinéen. «Mais on va vous redresser», a menacé le président Condé, qui a aussi qualifié d’indigne de l’histoire panafricaine tous ceux qui l’ont hué en présence de personnalités étrangères venues d’Afrique et d’ailleurs.

Parole de colère ou véritable révélation? Alpha Condé a indiqué avoir ordonné à son ministre de l’Enseignement supérieur de suspendre la réalisation de l’initiative présidentielle «Un étudiant, une tablette» jusqu’à nouvel ordre. «Même aux États-Unis, on ne distribue pas des tablettes aux étudiants. Ce n’est pas un droit. J’ai été étudiant syndicaliste avant vous», a lancé le président Alpha Condé à l’endroit des étudiants.

Pourtant, en mars dernier, le ministre des Télécommunications et de l’économie numérique, Moustapha Mamy Diaby, avait indiqué que le projet était en passe d’être réalisé, deux ans après la promesse du président en pleine campagne électorale. «La commande ferme a été lancée. On donnera tous les détails concernant les guichets où les étudiants pourront recueillir ces tablettes», avait assuré le ministre Diaby, alors qu’il annonçait la deuxième édition de la Semaine nationale de l’entrepreneuriat dans le numérique. Le ministre avait quand même précisé: «les tablettes ne sont pas gratuites, elles seront distribuées aux étudiants guinéens à crédit».