Coupure d’internet au Cameroun - Minette Libom : « Ce n’est qu’une question de patience »

Le ministre des Postes et des Télécommunications a réagi à propos de la coupure internet dans les régions anglophones du Cameroun et demande de patienter, le temps que la situation revienne à la normale apprend-t-on de TIC Mag.

Mme-Libom-Cameroon.jpg
Minette Libom Li Likeng - DR

Lors du Cameroon Business Forum (CBF) qui s’est tenu à douala le lundi 13 mars 2017, le ministre des Postes et des Télécommunications Minette Libom Li Likeng a été interpellée sur la suspension de l’internet dans les régions anglophones. Elle a souligné que : « Le chef de l’Etat l’a rappelé suffisamment, tout le gouvernement est mobilisé pour réaliser l’expansion de l’économie numérique. Et elle ne peut pas se faire sans Internet. » Ainsi toutefois, « dans son discours de fin d’année, je crois qu’il a expliqué aux Camerounais qu’il y a des situations désagréables pour lesquelles certaines décisions sont prises. Et je crois que tout est mis en œuvre pour que la sérénité revienne, que l’Internet soit disponible partout. Ce n’est qu’une question de patience, et tous doivent mettre la main à la patte », a affirmée Minette Libom Li Likeng.

C’est depuis le 17 janvier 2017 que les deux régions anglophones du Sud-ouest et du Nord-ouest ont été privées de connexion Internet. Cette coupure internet est la plus longue sur le continent africain. Depuis 2012 l’accès à internet est reconnu comme un droit fondamental. A la fin du mois de février 2017 l’ONG Internet sans frontières estimait les pertes liées à cette coupure à 1,35 millions de dollars, soit environ 832 millions de FCFA.

Les ONG de défense des droits numériques et les Nations Unies ont déjà demandé à maintes reprises aux autorités camerounaises de rétablir la connexion à Internet dans les régions concernées. L’organisation de défense des droits numériques Access Now et sa campagne #KeepItOn, à laquelle est associée Internet sans frontières et plusieurs autres associations, a également interpellé les opérateurs privés de télécommunications, notamment le sud-africain MTN, le français Orange et le vietnamien Nexttel. #BringBackOurInternet est devenu le mot d’ordre de ralliement pour exiger la fin de ce blocus numérique.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !