La revanche de Hugo Broos, celui que tout le monde détestait

Le chemin vers un sacre est long, très long. Le premier a en témoigner en ce moment doit sûrement être le sélectionneur de l'équipe du Cameroun Hugo Broos. L'ancien footballeur belge est passé par tous les états avec l'opinion publique camerounaise.

Hugo Broos sélectionneur des lions indomptables du Cameroun
Hugo Broos sélectionneur des lions indomptables du Cameroun (c) Lebledparle.com, fb/UEFA

Entre l'intervention musclée de Roger Milla quelques jours après sa nomination, son clash avec Stéphane Mbia, le scepticisme des spécialistes de foot au Cameroun à son égard et surtout son "lynchage" constant de la part de la presse camerounaise, Hugo Broos a connu de nombreux épisodes désobligeants. Mais ces passages à vide ont surtout servi de démonstration au mental et à la force que possède le sélectionneur. Ainsi il n'a pas hésité à mettre à l'écart des anciens comme Aurelien Chedjou, Stéphane Mbia et sur le banc des joueurs qui se reposaient sur leur acquis. Cette démonstration de force a fini par imposer sa patte à l'équipe. Seuls les valeureux, ceux qui mouillent le maillot ont leur place sur le terrain. Aboubakar Vincent héroique buteur de la finale a été le premier bénéficiaire de cette concurrence somme toute loyale. A chaque entrée de jeu, l'attaquant de Beksistas a redoublé d'efforts pour prouver qu'il méritait plus que le banc de touche. Un pari 100% gagnant pour le coach belge. Aujourd'hui champion d'Afrique, celui que l'on qualifiait à son intronisation de "perdant", "défaitiste" et de "dépassé" a remis les pendules à l'heure en conférence de presse d'après match.

Comme Lebledparle.com vous l'indiquait dans un précèdent papier, Hugo Broos a néanmoins indiqué qu'il ne gardait pas rancune à ses détracteurs journalistes camerounais mais qu'il espèrait que "la relation entre la presse et lui allait s'améliorée". Il n'est cependant pas le seul sélectionneur de l'équipe nationale du Cameroun a avoir souffert de ce traitement médiatique dite de "pression". Avant lui, Paul Le Guen ou encore Fister avaient souligné le même embarras. Quoiqu'il en soit, passé la fête, Hugo Broos et ses troupes devront se focaliser sur le prochain objectif désormais affiché : la coupe du monde en russie 2018.