Maurice Kamto sur la démission de Célestin Djamen du Mrc : « Je ne parle pas de ceux qui sont venus pour la circonstance »

Invité sur le plateau de « Vous et nous » sur Vox Africa, Maurice Kamko n’a pas trouvé utile de s’étendre sur le départ de certains cadres du parti.

Célestin Djamen (c) Droits réservés

 Depuis 2018, date de l’élection présidentielle, des figures importantes ont quitté le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(Mrc). Interrogé sur la question, le président du parti a voulu expliqué qu’il manquait de convictions politiques à ses anciens camarades.

 « De 2018 à 2022, deux cadres importants ont quitté le Mrc. Monsieur Djamen Célestin et Monsieur Folefack. Je ne parle pas de ceux qui sont venus pour la circonstance, ensuite, se sont dit un coup, qu’ils repartaient dans les médias pour faire la communication et qui aujourd’hui ont créé aussi un parti politique parce que c’était un coup de vent. C’est tellement éphémère qu’on ne peut pas insister dessus », a déclaré le Pr Maurice Kamto.

Il faut rappeler que Célestin Djamen, l’ancien secrétaire national aux Droits de l’Homme du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun avait annoncé sa démission au cours d’une conférence de presse ce lundi 14 décembre 2020 à Douala : «Je vous ai invité pour vous annoncer que je quitte le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. (…) Je remercie le professeur Maurice Kamto pour sa confiance sans cesse renouvelée », fait-il savoir.

Le démissionnaire n’avait pas manqué d’ébaucher les causes du départ de ce parti d’Opposition. « Jusqu’au dimanche 24 novembre 2019, moi Célestin Djamen, membre du directoire du parti, je quitte Yaoundé le plus tard possible, je pars de Yaoundé à 22 heures. J’arrive (à Douala) à 3 heures, et on me dit à 6 heures que le président va parler. J’étais loin d’imaginer que le président allait annoncer le boycott. D’autant plus que c’est lui-même qui nous demandait de booster nos camarades. Il se trouve que nous découvrons sur Facebook que le parti n’ira pas aux élections […]  Quand on est dans un parti politique, soit on est pour les armes, soit on est pour les urnes », expliquait-il.

De toutes les façons, « Si le bateau coule, je ne serai pas suicidaire », avait-il prévenu avant de claquer la porte et créer le parti Alliance patriotique républicaine (APAR) ancien Avant d’atterrir au Mrc, le mercredi 8 août 2018 à deux mois de la présidentielle.

Le 18 mai 2021, le Dr Christian Folefack pliait à son tour, ses bagages au parti de Maurice Kamto.