Selon Jeune Afrique : « Si Paul Éric Kingue est décédé, l’expression ‘’talibans’’ lui a survécu »

Notre confrère a examiné l’expression « taliban » de fond en comble au moment où elle prend de plus en plus une allure immodérée sur les réseaux sociaux.

Paul Eric Kingué (c) Droits réservés

 Le 2 juillet, pour la première fois, le président national du MRC, le Pr Maurice Kamto a publiquement pris la parole pour dénoncer les « dérives langagières » sur la toile.

Il regrettait à cette occasion, le comportement de certains de ses militants qui se livrent à des séances d’invectives sur les réseaux, portant ainsi l’étiquette de « talibans ».

D’où provient l’expression ?

Mais en réalité, d’où provient le terme en vogue dans des discours radicaux de nos jours ? Eh bien, rappelle notre confrère, c’est dans la mouvance du double scrutin des législatives et municipales du 9 février 2020.

« Dès qu’on ne pense pas comme vous, peu importe le sacrifice, on a bu “l’huile de la sardine” », rapporte-t-il les propos du défunt maire de Njombe Pendja dans le département du Moungo, région du Littoral.

En faisait référence au terme « sardine » qui se rapporte à « sardinards » c’est-à-dire les pro-régime de Yaoundé, par opposition à « tontinards », terme qui désigne les pro-Kamto, Jeune Afrique s’interroge : « Mais n’est-ce pas ça être [un] taliban ?».

Pour JA, PEK a beau avoir été directeur de campagne de MK dans le cadre des élections présidentielles du 7 octobre 2018, toutefois, « les partisans de l’ancien candidat ne le lui pardonnent pas et les critiques pleuvent ».

D’ailleurs, ses prises de position ont été, selon le journal, récupérées les « détracteurs » de l’ancien ministre délégué auprès du ministre de la Justice, et leur ont servi de fondement pour qualifier tous les soutiens du MRC y compris les membres de la Brigade antisardinars (BAS), de « talibans ».

« Si Paul Eric Kingue est décédé à la fin du mois de mars après avoir contracté le Covid-19, l’expression lui a survécu », constate-t-il avant de reconnaitre que « l’activisme des ‘’talibans’’ dans leur duel contre les pro-Biya pose aujourd’hui un véritable problème aux dirigeants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) ».

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !