Me Emmanuel Ashu : « Le Cameroun n’est pas le Mali, que Kamto arrête ça… »

Me Ashu n’apprécie pas l’appel au soulèvement populaire formulé par le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, Maurice Kamto le 24 aout 2020, au cours d’une conférence de presse organisée au siège de son parti au quartier Odza à Yaoundé. L’avocat au barreau du Cameroun intervenait sur les ondes de la radio Dinamo FM.

Me Ashu (c) Droits réservés

La récente sortie de Maurice Kamto ne cesse de susciter des commentaires au sein de l’opinion. En menaçant d’appeler au soulèvement populaire en cas de la tenue des élections régionales avant le retour de la paix en zone anglophone et la réforme consensuelle du Code électoral, l’opposant semble avoir botté le pied dans la fourmilière.

L’opinion publique se divise sur l’option du leader du Mrc. Si certaines figures politiques et de la société civile comme l’honorable Jean-Michel Nitcheu et l’économiste Dieudonné Essomba accordent une importance capitale a cette démarche, d’autres comme Joshua Osih et Me Ashu estiment que la solution à la transition politique au Cameroun ne passe pas par la rue, mais dans les urnes.

Interrogé sur Dinamo FM, Me Emmanuel Ashu a été ferme sur la question : « Le MRC est soit légaliste, soit dans les sissongo. Il semble survivre dans les sissongo. Le Cameroun n’est pas le Mali, que Kamto arrête ça. C’est de l’insurrection. Il ne peut pas se cacher sous le parti politique pour organiser l’insurrection. Quand on va l’arrêter, il va crier qu’on en veut à sa personne. S’il n’a pas de proposition, qu’il se taise ! Quand il était aux élections, il y’avait les problèmes dans le NOSO », a tempêté l’avocat.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données