Joshua Osih : « il faudrait que ce soit une personnalité indépendante qui dirige les travaux »

Ce mercredi 18 septembre 2019, Joshua Osih a été l’invité de la matinale ABK Radio (89.9 FM). Le Député à l’assemblée nationale s'est exprimé sur le Dialogue National, Crise anglophone, Grève des avocats, Arrestations des leaders politiques, Remous dans le SDF et la Présidentielle 2018.

Joshua Osih, ABK Radio - DR

Démenti d’une alliance avec le parti au pouvoir.

« Il n'y a jamais eu d'accord entre le RDPC et le SDF, jamais sous mon règne de vice-président de ce parti politique. Nous n'avons pas d'alliance avec le RDPC et nous combattons d'ailleurs ce parti politique depuis 1990. S'il y avait une alliance avec le RDPC, le Premier Ministre par exemple pourrait sortir du SDF », martèle Joshua OSIH. « Nous ne sommes pas des aigris, ni en politique, ni pour nous même. Nous sommes en politique pour le peuple Camerounais. Nous ne faisons pas dans le populisme. Il n'y a jamais eu à ma connaissance aucun accord avec le RDPC. Ce serait contreproductif pour nous que de faire une alliance avec le RDPC et ce ne sont pas des opportunités qui ont manqué », ajoute le Vice-Président du SDF sur ABK Radio 89.9 FM.

« Nous avons réussi une campagne pour avoir 14 sénateurs. Le RDPC n'a pas travaillé du tout pour nous, c'est encore ce que j'appelle du populisme », répond le militant du SDF à ceux qui pensent que le parti de Ni John Fru Ndi doit sa présence au Sénat grâce au SDF. « Aujourd'hui au Cameroun, le SDF est un parti politique qui a un parcours et nous en sommes fiers », martèle-t-il.

Il répondu également à ceux qui pensent que s’il y a souvent un invité du RDPC à leurs congrès c’est la preuve qu’ils sont alliés. « Nous invitons tous les partis politiques à participer à nos congrès. Si je suis invité à un congrès d'un autre parti, j'y vais...la démocratie est une bagarre d'idées », dixit Joshua Osih.

« Nous sommes un parti actif, nous faisons des propositions sur les lois qui nous affectent chaque jour », martèle l’honorable. « Votre emploi n'existerait pas si le SDF n'existait pas. Car c'est le SDF qui a favorisé la création des médias privés », prend-t-il pour exemple.

Election présidentielle 2018

« Comparaison n'est pas raison. Une élection, on la gagne ou on la perd Je suis le seul candidat qui n'a pas versé dans le tribalisme, ni dans l'extrémisme. Celui qui a gagné les élections a déjà utilisé 05 points dans mon programme politique et j'en suis extrêmement fier », affirme Joshua Osih.

« On ne vote pas un parti politique, mais un candidat. Notre objectif était de sortit de la guerre civile, mais on s'est rendu compte que ce n'était pas la préoccupation des camerounais et nous ne pouvons que faire l'analyse de cette élection là-dessus. Beaucoup de gens sont d'accord que cette élection était biaisée. Nous avons pris acte et regardons l'avenir avec beaucoup de sérénité et nous sommes jusqu'ici le seul parti qui se réunit », souligne le candidat du SDF à la dernière élection présidentielle.

À propos de la revendication du MRC qui estime que la victoire de son candidat a été volé le numéro 2 du parti de la balance précise que « Si le MRC voulait qu'on s'associe à eux pour revendiquer, ils seraient venus vers nous. Nous avons nos PV et nous savons qui a gagné ».

À propos du grand dialogue national.

« Si dialogue il y a, il faudrait que ce soit une personnalité indépendante qui dirige les travaux. Devant le premier ministre, nous avons dit que nous regrettons qu'il ait été choisi, il y a de forte personnalités neutres dans ce pays qui peuvent le faire », souhaite Joshua OSIH.

Le Vice-Président du SDF promet la participation de son parti. « C'est trop tôt pour dire si le SDF ira au dialogue national parce que nous n'avons pas encore d'agenda, mais nous ferons tout pour y être ».

L’ex - candidat à la présidentielle 2018 conteste la participation des militaires. « Les militaires ne font pas partie du problème, mais de la solution. C'est une conversation politique. Le militaire est apolitique c'est pour cela qu'on parle de la grande muette », estime-t-il.

« La crise anglophone est trop sérieuse. Est-ce que la paix sera au Rendez-vous le 04 Octobre ? Je n'y crois pas », s’interroge-t-il.

« Je suis au service de mon pays et je mets toute mon énergie pour essayer de mettre fin à la crise anglophone en cours », affirme le député SDF.