Me Christian Bomo Ntimbane à Laurent Esso : « la lutte contre les lenteurs judiciaires ne concernent pas seulement les Magistrats »

À travers une courte réflexion sur son mur Facebook ce mercredi 31 juillet 2019, Me Christian Bomo Ntimbane, Avocat camerounais au Barreau de Paris répond au Ministre de la justice qui a adressé un message porté signé le 30 juillet 2019, dans lequel il demande aux chefs de cour d’appel de lui faire des propositions pour réduire les lenteurs judiciaires.

Me Christian Bomo Ntimbane et Laurent Esso - Mtg Lebledparle

Selon ce juriste la lutte contre les lenteurs judiciaires au Cameroun n’est pas seulement l’affaire des Magistrats. Cela concerne tous les acteurs du monde judiciaire qui proposeront au cours des états généraux de la justice des réformes qui permettront de trouver des solutions à cet épineux problème de la justice.  « Je viens de lire un document signé du Ministre de la justice qui demande aux magistrats de lui faire des propositions sur les mécanismes tant législatifs que factuels qui permettront de lutter contre les lenteurs judiciaires en matière pénale. Monsieur le Ministre, ce chantier ne peut pas seulement concerner les magistrats. C'est une grosse réforme qui nécessite absolument la convocation des états généraux de la justice auxquels participeront tous les acteurs du monde judiciaire, les universitaires et chercheurs du domaine de la justice.  Je suis désolé, les fonctionnaires, fussent-ils magistrats, ne peuvent pas mener entre eux une telle réflexion », écrit Me Christian Bomo Ntimbane.

Cette recherche des solutions du Minjustice intervient à la suite de la révolte des prisonniers entassés dans les prisons de Yaoundé Kondengui et Buea. Bien avant, il a tenté de démontrer qu’il avait tout fait à ce niveau pour qu’on n’en arrive pas là, à travers une correspondance datant de juin dernier, même s’il pointait du doigt le MRC.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !