Séjour du couple présidentiel : Les députés suisses somment Paul Biya de quitter Genève

Le député suisse Sylvain Thevoz a publié sur la toile, un texte dans lequel, il invite Genève à déclarer le président Camerounais persona non grata dans leur pays, a appris Lebledparle.com.

S.E Paul Biya (c) Droits réservés

L’information est recueillie Mondafrique. Le député suisse Sylvain Thevoz a lancé une pétition à Grand Conseil de Génève pour l’inviter à déclarer le président Paul Biya persona non grata.

Le député suisse, Sylvain Thevoz a lancé le 29 juin 2019, une pétition pour exiger le départ du Président camerounais de la ville de Genève, précisément à l’Hôtel intercontinental où il est logé depuis le 23 juin 2019 en compagnie de son épouse Madame Chantal Biya.

« Nous demandons au Grand Conseil d’inviter le Conseil d’Etat à déclarer Paul Biya persona non grata à Genève et que cette dernière entame immédiatement des discussions avec le Conseil Fédéral pour que Paul Biya soit déclaré persona non grata en Suisse tant que l’argent soustrait au peuple Camerounais ne lui est pas restitué et les droits fondamentaux du peuple camerounais garantis », exige le parlementaire.

Le député cite pour arguments les faits que délivre Mediapart et qui renforcent sa position insurrectionnelle : « Paul Biya louerait à l’année un étage entier dans l’hôtel (Intercontinental) de luxe genevois pour lui-même et une cinquantaine de proches aux frais du contribuable Camerounais. L’argent avec lequel le dictateur Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans, paie ses somptueux séjours à Genève est soustrait à son peuple. Une nuitée de Paul Biya et de son entourage à Genève coûterait environ 40'000 dollars (plus de 23 millions de FCFA), sans compter les déplacements en avion », peut-on lire dans la publication de Sylvain Thevoz.

L’initiateur du mouvement ajoute que « Les gardes du corps du dictateur Paul Biya se sont attaqués directement à la liberté de la presse et à la démocratie ».

Rendus à ce 2 juillet 2019, la pétition du député Sylvain Thevoz enregistres 11 294 signatures, ce qui pourrait signifier que c’est la majorité parlementaire qui consent à cette décision.

Toutefois , la haute hiérarchie suisse ne s’est pas encore prononcée sur cette affaire qui cache sans doute, des enjeux diplomatiques.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter