Résolution : Le Département d’Etat américain somme Yaoundé de libérer tous les prisonniers politiques

Apres l'Union Européenne il y a près d’un mois, les sénateurs américains viennent de déposer un Projet de loi au Département d'Etat américain Sur le Cameroun, appelant le pouvoir de Yaoundé à libérer entre autres les prisonniers politiques et à organiser un dialogue national inclusif.

                                        
Montage Lebledparle

Ladite résolution le Camerounais au sujet de nombreuses violations des droits de l'Homme et des citoyens,  les exactions commises dans les régions du anglophones en proie à la crise sécessionniste et au sujet de répression sont sont victimes les leaders et militants de l'opposition en général et du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) en particulier.

Le Congrès appelle à « Libérer les dirigeants et les membres du parti du Mouvement de la Renaissance camerounaise arrêtés à la suite de leurs manifestations pacifiques, et faire en sorte que ce parti, comme d’autres, puisse participer sans entrave aux prochaines élections municipales, élections législatives et régionales »

Par ailleurs, le Congrès américain appelle à la libération des « défenseurs des droits humains, militants de la société civile , prisonniers politiques, journalistes, syndicalistes, enseignants et autres citoyens arrêtées et détenues arbitrairement sans procès ni accusation ».

Cette résolution intervient quelques jours avant la tenue d’une réunion informelle du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui se réunit ce 13 mai, pour évoquer la situation des Droits de l’Homme dans le chaudron de la crise anglophone et la situation des prisonniers de l’opposition camerounaise.

En tournée depuis jeudi dans les régions (Nord-ouest et Sud-ouest) affectées par la crise sécessionniste depuis près de trois ans, le Premier ministre, Joseph Dion Nguté a annoncé que le Chef de l’Etat Paul Biya était prêt à ouvrir le dialogue pour résoudre de manière pacifique le différend armée entre Indépendantistes anglophones et les Forces nationales.