Diplomatie : les Etats-Unis menacent de réduire (encore) leur assistance au Cameroun

Dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique, sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines n’exclu pas l’éventualité d’une réduction de l’assistance américaine à l’Etat du Cameroun dans le cadre de l’aide au développement et à la coopération militaire.

Le sous-secrétaire d'Etat américain Tibor Nagy - DR

Cette menace pourrait être effective si la situation sociopolitique continuait de se dégrader au Cameroun. le responsable américain qui ne cesse de se montrer préoccupé par la situation sociopolitique au Cameroun averti que si la situation sociopolitique reste détériorée « l’assistance au développement ou la coopération militaire peuvent encore » être réduite.

Ces nouvelles sanctions éventuelles concernent uniquement l’assistance au développement et la coopération militaire. le haut diplomate américain explique que « la plupart du temps, l’aide américaine est apportée directement aux habitants et ne transite pas par le gouvernement, comme les traitements contre le Sida par exemple. Donc l’aide humanitaire ne sera pas touchée ».

Lest Etats-Unis ont en effet annoncé, en février, avoir réduit leur aide militaire envers le Cameroun. « Certaines sanctions directes sont automatiques dans la mesure où il y a des informations relatives aux violations de droits humains », a expliqué Tibor Nagy au sujet de la crise anglophone qui engage l’armée du Cameroun contre des séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

« Nous ne pouvons travailler avec des unités qui ont commis ou risquent de commettre des violations de droits humains » a justifié l’envoyé du président Donald Trump.

Le sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, souhaite qu'il y ait une désescalade la situation sécuritaire au Cameroun. « je reçois plus d’e-mails sur le Cameroun que sur n’importe quel autre problème en Afrique : entre 10 et 20 par jour, avec des photos et des vidéos horribles de gens décapités à la machette, de forces de sécurité se livrant à des actes terribles (…). Nous avons besoin d’une désescalade de la situation ».

Tibor Nagy a également invité, sur Radio France internationale (RFI), les autorités camerounaises à être « plus sérieuses » dans le recherche de solutions dans la crise anglophone. Il a également demandé la libération de Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), qu’il présente comme un prisonnier politique. Ces déclarations ont provoqué la colère Yaoundé qui dénonce une tentative « d’immixtion inadmissible » dans les affaires intérieures du pays.

Le « monsieur Afrique » du président Trump a entamé une tournée africaine qui a débuté le 07 en Ouganda, et qui doit le conduire au Cameroun le 17 et le 18 mars prochain.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !