Cameroun : le Sous-préfet de Yaoundé 1er interdit une conférence-débat organisée par des journalistes

La raison évoquée par l’autorité administrative est une éventuelle menace de trouble à l’ordre public

Des journalistes-camerounais -en situation de collecte d'information
Des journalistes camerounais en pleine collecte d'information-DR

La 9ème édition du «Café politique », plateforme d’échanges sur l’actualité sociopolitique et économique au Cameroun initiée par le Club des Journalistes politiques du Cameroun, prévue pour ce 30 août 2017 a été prohibée par le Sous-préfet d’arrondissement de yaoundé 1er. Le motif avancé par  Thierry Nama Cosmas est un éventuel risque de trouble à l’ordre public.

Lebledparle.com vous propose la décision de l’autorité administrative :

21209131_10212131872725148_1365752486_n.jpg

Pour cette  édition, les journalistes devaient recevoir le Directeur Afrique du National Democratic Institute for International affairs (NDI) au Etats-Unis, Christopher Fomunyoh. Selon un communiqué signé des responsables de cette association, « les échanges devaient entre autre, porter sur la situation dans les régions du Nord-Oeust et du Sud-Ouest , la lutte contre Boko Haram, les prochaines élections, la Can 2019 et les relations Cameroun-Fmi », peut-on lire dans ledit communiqué signé

Depuis sa mise sur pied,  le « Café politique » qui a reçu plusieurs autorités politiques camerounaises aussi bien du pouvoir que de l’opposition n’a jamais enregistré le moindre incident durant ses rencontres.

Les membres du Club des Journalistes Politiques ont condamné cette pratique qui est une entrave à la pratique du journalisme et au droit du public à l’information.

Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX