Rodrigue Tonguè raconte l’une des plus grosses peurs de sa vie face au président Paul Biya

Dans une anecdote racontée à Laurentine Assiga dans « Mémoire de Reporters », Rodrigue Tonguè, journaliste actuellement en service à Canal 2 international, confie avoir un jour paniqué face au regard du président Paul Biya lors d'une interview à l'Élysée en 2013.

Rodrigue Tonguè (c) Droits réservés

A l’occasion de la Journée mondiale de Liberté de la presse le 3 mai 2021, le microphone a été tendu à certaines figures de proue du journalisme au Cameroun pour raconter les anecdotes qui les ont marquées au moins une fois dans ce métier qui a beaucoup de revers.

Mission à l’Elysée

Rodrigue Tonguè, se remémore d’une anecdote de fin janvier-début février 2013 comme si c’était hier. « Celle qui me vient rapidement en esprit, c’est une histoire qui remonte en fin janvier 2013, je suis en couverture à Paris à l’Elysée. La visite du président Paul Biya, sa première visite au président français, François Hollande. Je suis envoyé par ‘’Le Messager’’, chef service Politique », se souvient de journaliste de Canal 2 international.

Lors de sa mission en France, il se retrouve avec d’autres journalistes camerounais dont, George Ewane de la CRTV, Leger Ntiga, rédacteur-en-chef de Mutations à l’époque, pour ne citer que ceux-ci.

Le regard de l’homme Lion !

« Nous avons accueilli le président dans la cour de l’Elysée à Paris et nous sommes entrés pour faire les photos avec la séance de travail qu’il a eu avec François Hollande et son équipe… », relate le confrère.

C’est au sortir de la salle pour la traditionnelle interview que le regard du Nnom Ngu’i effraie Tonguè.

 « Nous étions là avec la presse internationale qui avait son agenda, ses questions. Nous avions les nôtres qui étaient essentiellement centrées sur le Cameroun, et quelques affaires. Mais, la presse internationale qui se plaignait déjà de la longévité du président Biya, avait un agenda et nous ne le savions pas. Dans la série de questions, celle d’un journaliste de France 24 : ‘’Monsieur le président, est-ce que vous n’êtes pas vieux ?’’. Quand le président s’est retourné pour chercher son interlocuteur qui lui avait lancé une question sans aviser, sans avertir, j’ai eu l’impression que nos regards se sont croisés, et j’ai été effrayé que le président de la République pense que c’est en terre étrangère que…je vienne compromettre le président de la République de mon pays… », raconte le rédacteur-en-chef délégué de la chaine d’Emmanuel Chatue.

Un souvenir à jamais hilarant

Racontant cette anecdote à ses collègues, Rodrigue leur avoue qu’il avait voulu, par peur, se dédouaner face au président Biya : « J’ai voulu lever les mains pour dire ‘’Monsieur le président de la République, la question n’est pas de moi, j’ai envie de rentrer au Cameroun, je ne veux pas rester à Paris…. », se rappelle avec le sourire aux lèvres, le présentateur de « L’Arène ».

 

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !