La revue de presse du lundi 26 avril 2021

Chers abonnés, bonjour et bienvenus à votre revue quotidienne de la presse. Les journaux dans leurs livraisons en kiosque ce matin, abordent plusieurs sujets notamment les obsèques du président tchadien Idriss Deby Itno, la gestion des fonds Covid-19, et d’autres sujets qui ont marqué le week-end au Cameroun. Dans les lignes qui suivent, nous vous proposons l’essentiel à retenir.

Les Unes en kiosque le 26 avril 2021 (c) Lebledparle.com

Cameroon Tribune parle du réconfort du Cameroun au peuple tchadien aux obsèques du maréchal Idriss Deby. Conduit à sa dernière demeure vendredi 23 avril 2021 à Amdjarass dans son village natal à la suite d’une émouvante cérémonie d’hommages à N’djamena, « Joseph Beti Assomo, représentant personnel du président de la République Paul Biya s’est incliné devant la dépouille du défunt chef d’État après avoir déposé une gerbe de fleur du couple présidentiel », peut-on lire dans le récit des envoyés spéciaux du journal bilingue national.

Reporter Hebdo parle lui aussi de cette actualité. Pour lui, Joseph Beti Assomo qui représentait le chef de l’État du Cameroun à cette cérémonie d’hommages, a témoigné de la solidarité du Cameroun au « peuple-frère tchadien pendant cette dure épreuve pour la sous-région, et l’Afrique toute entière ».

Après l’accession du Général Mahamat Deby, fils d’Idriss Deby à la tête du pays pour conduire la transition, Repères en kiosque y voit une volonté de succession dynastique qui d’ailleurs, croit-il savoir, « a du vent en poupe en Afrique centrale ». Notre confrère en veut pour exemple, le Gabon avec la famille Bongo, le Cameroun avec cette volonté de vouloir imposer Franck Biya à la tête du pays, ou encore en Guinée Équatoriale où Obiang fils s’approche de plus en plus du pouvoir de son père.

Selon l’internationaliste Emmanuel Wanah Bumakor chez nos confrères d’Émergence parution de ce lundi 26 avril 2021, en mettant le fils de Deby à la tête de la transition au Tchad, la France demeure « éternel parasite de l’Afrique francophone ».

Pour le journal Intégration, avec la disparition du politique et du soldat de Ndjamena, la chronique sécuritaire s’écrit désormais autrement au sein de l’espace communautaire. « L’impérialisme français aux abois », écrit le journal.

Les antagonismes entre Luc Messi Atangana, maire de la ville de Yaoundé, et les maires des communes de ladite ville se multiplient. C’est ce que tente de démontrer Mutations dans sa publication de ce matin. Le journal de Georges Alain Boyomo parlant de ces conflits de compétence, renseigne qu’un complexe commercial de 70 boutiques à l’initiative de la commune d’arrondissement de Yaoundé 7e vient d’être détruit par le super maire de la ville de Yaoundé.

Le Détective parle de la modernisation des archives au Port autonome de Douala. L’On apprend ici qu’un protocole de convention-cadre a été signé le 22 avril 2021 entre le PAD, représenté par Cyrus Ngo’o et les archives nationales représentées par Dr Esther Olembé. C’était au Musée national en présence du ministre des Arts et de la Culture, et celui des Transports.   

EcoMatin de ce matin donne les détails sur la cession de créances de 82,6 milliards de FCFA à BGFI entre Eneo et Kpdc – Dpdc. En panne de trésorerie, les deux filiales de Globeleq ont trouvé un terrain d'entente avec Eneo, pour le remboursement de leurs créances en souffrance depuis 2015. « Kpdc et Dpdc, les cédants, vont concéder ces créances à un pool bancaire mené par BGFI Cameroun (cessionnaire) qui devra rembourser selon un échéancier défini et procéder au recouvrement en prélevant une décote », explique le journal d’Émile Fidieck. Selon le calendrier de remboursement consulté par EcoMatin, les cessionnaires devront apporter des versements mensuels de 1,465 milliards à KPDC, et 513 millions de FCFA à DPDC. L’opération se déroulera respectivement sur 60 mois (05 ans) et 36 mois (03 ans) avec un an de différé sur le remboursement du capital uniquement.

Au bas de cette revue de presse, parlons Covid-19. Le journal L’Avenir met au banc des accusés, certains ministres qui selon lui, font partie des personnes ayant bénéficié des près de 400 milliards des fonds alloués à la lutte contre la pandémie Covid-19 au Cameroun. « Des soupçons de malversation pèsent respectivement contre les ministres de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, du Tourisme et des Loisirs, de l’Administration territoriales… », lit-on.

Merci abonnés de votre fidélité. À demain !

 

Copyright (c) : Une édition réalisée par le journal en ligne Lebledparle.com

La revue de la presse camerounaise est éditée tous les matins par les journalistes du média Lebledparle.com et nous demandent un travail considérable. Nous demandons à tous les médias numériques et traditionnels ainsi que les pages administrées sur les réseaux sociaux qui nous copient d'être professionnels et de systématiquement citer leur source en mettant un lien vers notre site ou la mention ci-dessus chaque fois qu'ils reprennent notre article. Sans quoi nous nous trouverons dans l'obligation de faire valoir nos droits. Merci pour votre compréhension. 

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Lebledparle uses cookies to improve your experience and optimize the functioning of the site. Targeted advertising content may also be presented to you. By continuing to browse, you certify that you accept the use of cookies. You can also accept these cookies by clicking on "Accept and continue". PIXEL_LINK_LEGAL_TEXT