Cameroun : La revue de presse du lundi 1er février 2021

Chers abonnés, bonjour ! A la Une des quotidiens en kiosque ce matin, trois mots qui trépignent : guerre, justice, et paix. S’agissant du premier, certes on ne nous promet pas du sang et des larmes, mais plutôt des solutions pour sortir de l’impasse dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Le second quant à lui nous plonge dans les tribunaux notamment avec l’affaire de l’ancien ministre Atangana Kouna, et le bras de fer entre le Port autonome de Kribi et Bolloré. Et en fin, le troisième, la visite du cardinal Pietro Parolin au Cameroun, dont certains estiment qu’il est venu instaurer la paix dans les deux régions anglophones. Ci-dessous, la synthèse des titres de la presse généraliste et spécialisée disponibles en kiosque ce matin.

Les Unes du 1er février 2021 (c) Droits réservés

« La zone anglophone du Cameroun, bénie entre toutes les flammes ». C’est ce que révèle Intégration dans sa publication de ce matin. Parlant de la visite du cardinal Parolin dans la capitale régionale du Nord-ouest le 31 janvier dernier, notre confrère indique l’Église catholique locale considère cette visite comme étant « une lumière dans le tunnel ». De leur côté, apprend-on du journal, les milices armées voient en cette arrivée du secrétaire d’État du Saint-Siège, « une belle occasion pour montrer à la face du monde la dimension hideuse de la crise anglophone »

Cameroon Tribune révèle le contenu de l’échange entre le chef de l’État et le cardinal Parolin au palais de l’Unité. Selon ce qu’on peut lire, les deux hommes ont « discuté des sujets d’intérêt commun et de la situation dans les régions en crise ». D’où son titre de une « La paix en partage ».

Au moment où les appels incessants au cessez-le-feu de la communauté internationale se font inaudibles, le Pape François a dépêché son secrétaire d’État dans les deux Régions anglophones en proie à la crise depuis 2016. Essingan voit en ce geste papal, une « offre de paix » dans cette partie du Cameroun. Il a d’ailleurs, d’après le trihebdomadaire, « dévoilé le message du Saint-Père au président de la République au cours d’une audience qu’il lui a accordé vendredi dernier ».

La Voix du Centre nous apprend pour sa part dans sa parution de ce jour que la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) de l’OHADA a rejeté le pourvoi en cassation formé le 27 février 2020 par le Port Autonome de Douala (PAD) contre la décision ordonnant la suspension de la Régie du Terminal à Conteneurs rendue (DIT) par le Tribunal administratif du Littoral le 31 décembre 2019. Ce jugement de la Cour régionale constitue un nouveau revers pour le PAD dans son bras de fer contre le tandem formé par les Groupes Bolloré et Maersk. En effet, la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage, saisie pour la première fois dans ce feuilleton judiciaire, vient confirmer la décision rendue par le Tribunal administratif du Littoral il y a environ une année. « Il est par conséquent ordonné la suspension des effets de la résolution du 6 décembre 2019 du conseil d’administration du Port Autonome de Douala portant organisation et organisation de la Régie déléguée de gestion, d’exploitation et de maintenance du terminal à conteneur du Port de Douala – Bonaberi et tous les actes pris sur son fondement et/ou son application, jusqu’à ce qu’il soit statué sur la légalité », lit-on dans l’article 2 de ce jugement sans appel contenu dans le journal.

L’ancien ministre de l’Eau et de l’Énergie a la tête hors de l’eau renseigne Mutations de ce matin. Incarcéré depuis plusieurs années à la prison centrale de Kondegui pour détournement de fonds, Basile Atangana Kouna est en voie d’être libéré « d’après les hautes directives attribuées au chef de l’État », lit-on.

Le quotidien Émergence revient aussi sur cette actualité en proposant de faire « toute la lumière » sur l’arrêt des poursuites et procédures en cours contre l’ancien ministre de l’Eau et de l’Énergie.

Pour Le Soir de ce matin, l’ex-MINEE qui avait été interpellé le 22 mars 2018 et écrouée à la prison centrale de Yaoundé pour malversation financière du temps où il occupait le poste de Directeur général à la Camwater a restitué le corps du délit depuis le 2 décembre 2020. Il pourrait bientôt être libéré, apprend-on dans les colonnes du journal d’Armand Mbianda.

Toujours en rapport avec cette affaire, Le Messager se questionne autour de la note confidentielle qui a circulé dans les réseaux sociaux la semaine dernière signée du Secrétaire général à la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh et ordonnant l’arrêt des poursuites judiciaires contre Basile Atangana Kouna, l’ex-ministre de l’Eau et de l’Énergie.  

Parlons de toute autre chose, avec Défis Actuels. Le magazine de François Bambou en kiosque ce matin nous fait savoir que le Cameroun est en phase de négociation avec le FMI pour solliciter un appui budgétaire. Pour se faire, lit-on, les ministres camerounais des Finances et de l’Économie sont en discussion avec l’institution de Breton Wood depuis la semaine dernière.  

Échos Santé de ce matin nous donne les échos de l’hôpital de District de Bafia qui selon lui est en ébullition. « Une guerre oppose le Directeur à son chirurgien. De cette guerre, est né un collectif qui remet aujourd’hui au gout du jour, la gestion et la gouvernance dans les formations sanitaires publiques au Cameroun », formule le journal qui indique dans la foulée que l’arbitrage du ministre de la Santé est « fortement attendu » de ce côté.

Chers abonnés fermons cette revue de presse ce matin avec l’initiative survie Cameroun, dont les conclusions de « l’audit financier indépendant » font jaser depuis leur publication le 27 janvier dernier. L’hebdomadaire L’Avenir qui revient sur cette actualité ce matin parle de « déflagration ». Selon notre confrère, au moment où le trou financier de plus « de 200 millions » de FCFA défraie la chronique au sein de l’opinion, cette situation remet en cause, « la capacité du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun à diriger le Cameroun ».

Merci chers abonnés de nous avoir renouvelé votre confiance ce matin. A demain pour une nouvelle édition de la revue de la presse.

Copyright (c) : Une édition réalisée par le journal en ligne Lebledparle.com

La revue de la presse camerounaise est éditée tous les matins par les journalistes du média Lebledparle.com et nous demandent un travail considérable. Nous demandons à tous les médias numériques et traditionnels ainsi que les pages administrées sur les réseaux sociaux qui nous copient d'être professionnels et de systématiquement citer leur source en mettant un lien vers notre site ou la mention ci-dessus chaque fois qu'ils reprennent notre article. Sans quoi nous nous trouverons dans l'obligation de faire valoir nos droits. Merci pour votre compréhension. 

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Lebledparle uses cookies to improve your experience and optimize the functioning of the site. Targeted advertising content may also be presented to you. By continuing to browse, you certify that you accept the use of cookies. You can also accept these cookies by clicking on "Accept and continue". PIXEL_LINK_LEGAL_TEXT