Cameroun : Armand Okol tance sévèrement la CRTV pour avoir déprogrammé Cabral Libii sur « Scènes de Presse »

Armand Okol membre du bureau politique du Parti camerounais pour la réconciliation nationale n’a pas apprécié le comportement de la CRTV envers le président de son parti Cabral Libii.

Armand Okol (c) Droits réservés

Cabral Libii était annoncé comme l’un des invités au programme dominicale Scènes de presse diffusé sur la CRTV télé.  Mais à la dernière minute : « J’apprends à l'instant (15h29) qu'instruction a été donnée de me décommander du plateau de l'émission Scènes de presse de ce soir 12 juillet 2020 sur la CRTV (21h) », a regretté le député PCRN dans la journée du 12 juillet 2020.

Une attitude qui a suscité l’ire d’Amand Okol qui s’en prend virulemment au média national.

Lebledparle.com vous suggère lecture de l’intégralité de son texte dans le groupe Espace public sur Facebook le 13 juillet 2020.

 

LES CAMEROUNAIS DEVRAIENT BOYCOTTER CE MACHIN

Il est désormais grand temps pour le public de zapper ce truc inutile et sans importance aucune. On l'appelle pompeusement la chaîne publique. Mais la réalité est toute autre. Elle n'a de public que son financement : l'argent des impôts des Camerounais via la redevance audiovisuelle et les subventions de l'État.

C'est un instrument au service d'une poignée de personnes avec une gestion calamiteuse telle une épicerie. Affirmer que ses programmes sont mièvres et insipides est une Lapalisse. Rien d'attractif. Non seulement les émissions frisent le monologue, mais encore, du point de vue visuel, l'offre est fade pour ne pas dire médiocre. Normal, quand on sait que la plupart des décors des plateaux sont fabriqués à base de contreplaqués. Un peu comme en 1985 lorsqu'elle commençait à diffuser ses émissions que le public était obligé de regarder faute de mieux.

35 ans après, l'entreprise, du moins ce qui en tient lieu n'a toujours pas fait sa mue. Aucune originalité, la nullité incarnée. Or pendant longtemps, on nous a rabâchés les oreilles ces dernières années avec les projets d'arrimage de l'analogique au numérique et l'éclatement du pseudo mastodonte en plusieurs chaînes thématiques.

Que de slogans creux et vaseux. Juste du pipo. Les fruits n'ont jamais tenu la promesse des fleurs. À la limite ça va de mal en pire. Les seuls petits attraits à l'œil nu ce sont les bâtiments vus de l'extérieur. Une fois les portes franchies c'est la ruine. Ça craque de partout sous les pas, les plafonds troués, les murs décrépits, les couloirs plongés dans une pénombre abjecte, les parkings saturés de carcasses, conséquence d'une maintenance des équipements nullissime, à l'exemple de la belle femme qui ne prend pas soin de son hygiène corporelle.

Difficile de croire alors que son budget annuel de fonctionnement tourne autour de 26 milliards de nos francs. Un pactole plus important que celui de plusieurs départements ministériels qui cette année encore ira en fumée, alors que des chaînes concurrentes, beaucoup moins loties, n'ayant même pas le centième de ce budget font des merveilles au quotidien.

Des sommes colossales dépensées inutilement pour un résultat indigeste et sans saveur. Lesquels montants pourraient pourtant bien servir à bitumer 60 km de route, densifier l'offre énergétique pour environ 26 mégawatts supplémentaires et essayer de résorber le déficit criard de la fourniture en électricité, équiper les laboratoires de l'ensemble des universités d'État, fournir du matériel de pointe aux hôpitaux qui en manquent cruellement, créer des milliers d'emplois, etc...

C'est un fait, une vérité abyssale, ce n'est ni plus ni moins qu'une connerie. Et sans exagération aucune, ce vieil édifice ne sert à rien si ce n'est engloutir des faramineuses sommes d'argent année après année pour rien.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Abonnement Newsletter

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Ok