Messanga Nyamding : « Je ne laisserai jamais le RDPC»

Invité à la radio des artistes, le Pr Pascal Charlemagne Messanga Nyamding, membre du comité central du parti au pouvoir (RDPC ndlr) a dit sa détermination à le soutenir aux côtés de son camarade et Co panéliste Roméo Dika.

Messanga Nyamding (c) Droits réservés

Appelé pour analyser les écueils internes au comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), l'enseignant à l'Institut des Relations internationales pense que beaucoup de ses camarades « ne jouent pas franc jeu ».

En effet, en lieu et place de militer pour l’intérêt général du parti, les uns et les autres optent pour l’individualisme.

Dans son propos, le fondateur du Biyaisme est convaincu que cette situation pourra changer seulement avec des personnes sincères : « Je vous rassure, nous sommes des sentinelles du chef de l’Etat. Je ne laisserai jamais le RDPC parce que j’ai les convictions, parce que je veux que ça change, qu’il y ait des mutations fortes, des stimulants idéologiques. Et ce RDPC-là, nous est cher comme le chantait quelqu’un. Moi je dis RDPC chéri », a-t-il argumenté.

Pour l’homme politique, conscient du fait que certains de ses camarades du comité central du RDPC « ne jouent plus franc jeu ni envers le président national de leur parti ni envers les militants », propose un bon diagnostic car « tout est fait aujourd’hui pour qu’on tombe » a-t-il déploré.

Celui qui se réclame la paternité du Biyaisme soutient son idéologie partout où besoin est. Par contre, il récuse l’attitude passive de ceux qui se disent être aussi biyaistes alors qu' ils ne font rien pour montrer leur engagement comparativement aux membres de certaines formations politiques qui font bloc derrière leur leader quelles que soient les circonstances.

Dans la même lançée, Roméo Dika, le " frangin politique " de Messanga Nyamding, indique que les membres du comité central du parti au pouvoir font preuve d’une « incohérence et d’une incapacité à agir ».

Les deux activistes, aujourd’hui dotés d’instruments de lutte politique à savoir une radio et une télévision, peuvent « combattre et atteindre facilement la cible », rassure Roméo Dika.

La démarche, contrairement au passé, consistera « à faire un bilan minute by minute du secrétariat général du comité central du RDPC à l’effet de leur monter que la nature ayant horreur du vide, ils prennent le commandement » a promis l’artiste musicien.

Les raisons pour lesquelles, le changement de personnes s’impose dans leur parti sont légions : « Nous sommes en train de les observer depuis 2011. Ils ont contribué à la désacralisation de l’image du président national, ils ont contribué à la chute de l’idéologie du parti », a critiqué le promoteur de la radio des artistes.

Toute la détermination est donc pour ces biyaistes confirmés de joindre, les bonnes idées annoncées aux actes dont la première démonstration est l’accompagnement du président national du parti des flammes. « Nous allons leur montrer que si Biya doit sortir, il sortira par la très grande porte », ont-ils rassuré.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !