[Tribune] Anne Féconde Noah : « vivement que Simone Ehivet Gbagbo rencontre quelqu'un avec qui refaire sa vie »

Au départ personna non grata pour l’accueil de Laurent Gbagbo à sa déscente d’avion à l’aéroport, Simone Ehivet Gbagbo s’est finalement rendu, mais elle n’a pas bien été accueillie par son mari. Cette scène de ménage n’a pas laissé indifférente Anne Féconde Noah Biloa qui a commis une tribune à cet effet pour défendre madame Gbagbo en lui suggérant de refaire sa vie si possible.

Simone Ehivet Gbagbo et Nathalie Koah - collage photo

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de la tribune.

Femme, le statut qui condamne d'office dans mon pays.

A priori, les pudibonds du dimanche feindront l'évanouissement du fait du rapprochement de ces deux femmes, les saints des weekends de pâques, dont les frasques jouissent de la superbe d'être inconnues du public se sentiront outragés dans leur immense pureté.

Mais fort heureusement, ce rapprochement bien que virtuel offre aussi un exutoire à l'aînée des deux qui s'est faite honnir toute la soirée d'hier du fait de notre étonnement à nous. Elle  n'a pourtant rien dit.

Au moins, dans le but d'exprimer  misogynie compulsive et haine effrénée  vis à vis de la plus jeune, l'aînée pourrait bénéficier de quelques fleurs.

Alors disais- je, pour une majorité de camerounais, c'est toujours la faute de la femme.

Dans le cas de la jeune dame je ne rappellerai pas la célèbre déconvenue, mais aussi la démonstration de la force de caractère, il lui était reproché d'avoir été l'amante d'un homme riche. L'on comprendrait un tel reproche lors d'une prédication sur la sanctification à visée générale, mais il ne s'agissait pas de ça. Toutes les galères vécues étaient de sa faute, « elle cherchait d’abord quoi derrière les hommes riches ». Manifestement lorsqu'ils sont moins riches, ce n'est pas un péché devant. Nous demandions juste que la débauche soit équitablement condamnée pour l'amant et l'amante ,mais dans cette atmosphère d'injustice , de misogynie et de  sexisme ambiants, c'était trop demander. Heureusement « elle s'en fout »,  et nous faisons désormais face. Nous ne nous tairons plus.

Venons-en au fait

Les réactions des mêmes dans le cas de mama Africa devrait faire l'objet d'un intéressement scientifique, tellement elles sont curieuses.

Déjà l'implication politique, affective et même émotionnelle des Camerounais dans la crise post-électorale ivoirienne est connue. Nous avons vécu la situation du couple de bout en bout, les outrages subis par l'un et l'autre nous les connaissons tous. En somme il était difficile jusqu'à hier d'imaginer la première dame se faire éconduire de cette manière par l’époux. D'autant plus que ce retour triomphal  paraît comme l'aboutissement d'une lutte commune, au moins à nos yeux. C'est donc en toute légitimité que l'attitude de l'époux a profondément ému. En dépit des différents qu'un couple pourrait avoir, l'opinion publique a été prise de cours hier.

Logiquement donc, ladite opinion questionne, essaye de comprendre, exprime sa gêne , et  c'est sur ce point que les réactions des frangins deviennent captivantes.

-« Vous connaissez le fond du problème ? S'il a fait ça il forcément une bonne raison »

-« Laissez le tranquille peut-être elle trompé comme Winnie Mandela »

- «  Une femme qu'on a v... il fait quoi avec »

-«  Ce qui est sure elle a fauté ».

- «  elle a trahi Gbagbo pour sortir de prison en se rapprochant du pouvoir »

Ces personnes ne savent strictement rien de la dame, ils n'ont aucune certitude d'une quelconque faute qu'elle aurait commise. Ils sont fidèles au sacrosaint  principe  de misogynie préalable, lequel suppute qu'en cas de crise dans un couple c'est forcément  de la faute de la femme.  Ainsi donc, à défaut d'avoir du concret à lui reprocher, le PEUT-ÊTRE est largement suffisant pour vouer aux gémonies une femme qui s'est autant surpassée.

Pour en revenir à l'exemple de Winnie Mandela qui aurait eu un amant, il y a lieu de se cultiver sur la cause de la séparation du couple Mandela. Elle est bien plus profonde que l'histoire de l'amant qui cristallise l'attention de ces «  voleurs prêts à se tuer à la simple idée de se faire voler aussi »

Mais encore Simone Ehivet Gbagbo entretenait cette liaison pendant ces 10 années d'emprisonnement ou c'était après sa sortie comme une loque?

La trahison se situe à quel niveau puisque le principe de la sortie des deux est acté depuis des années?

Les sévices physiques subis dans cette lutte ne sont-ils pas plutôt une raison de préserver son honorabilité?

En somme, à défaut de lui trouver des fautes, des camerounais (hommes)  lui en ont supposé quelques-unes et c'est suffisant pour justifier cette scène étrange.

Mon opinion : Le système matrimonial de l'époux n'est pas en cause, il est antérieur à la crise post-électorale de 2010. La première dame s'en était accommodée.

Le mariage est un contrat synallagmatique qui ne se rompt pas unilatéralement, du moins pas selon le code civil de 1804 qui régit l'Etat civil dans ce pays-là. Mais encore et quand bien même, hier était le jour de Simone, ils se seraient expliqués ou séparés après, mais son jour, son moment,  son heure de gloire lui a été refusé et ça, c'est irréversible.

Aussi, si elle en éprouve le besoin, vivement qu'elle rencontre quelqu'un avec qui  refaire sa vie.

Elle mérite qu'on en prenne soin après tout ça.

Nathalie Koah et Madame Ehivet Simone sont-elles quelque chose en commun ? Très peu de choses en effet, en dehors du fait qu'elles sont toutes deux des femmes, et que dans mon pays, ce statut condamne d'office.

Merci aux hommes qui sortent du lot.

Anne Féconde

 

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Lebledparle uses cookies to improve your experience and optimize the functioning of the site. Targeted advertising content may also be presented to you. By continuing to browse, you certify that you accept the use of cookies. You can also accept these cookies by clicking on "Accept and continue". PIXEL_LINK_LEGAL_TEXT