Cameroun : le pays où le téléphone est plus important que l'éducation et la santé

Il y a quelques jours, l'annonce de la loi exigeant le payement de la taxe douanière sur les téléphones et autres appareils électroniques par le consommateur camerounais a créé beaucoup d'indignation et de promesses de soulèvement.

Albert Zé - capture photo

Cependant, depuis des années l'annonce de la gratuité de l'école a créé un nouveau payement appelé APEE. Il faut donc le rappeler que dans plusieurs établissements ce nouveau payement désormais obligatoire coûte jusqu'à 40 000 Fcfa par enfant. Imaginez-vous si vous avez plusieurs enfants, ces frais d'APEE seraient ainsi de loin très lourd pour les ménages que la taxe sur les téléphones.

De plus, la mise en place de la mi-temps dans le système éducatif, justifié à tort par le covid19 a engendré également des frais supplémentaires dans la scolarité de plusieurs collèges, une augmentation des risques pour les enfants qui rentrent désormais tard à la maison et une inégalité des enseignements lorsqu'on sait que certains établissements font la mi-temps et d'autres pas.

Par ailleurs, du côté de la santé, comme dans le cas de la taxe sur le téléphone, le même scénario est entrain de s'installer devant tous les camerounais dans le cadre du projet de couverture santé universelle (CSU).

Une entreprise inconnue du public a été sélectionnée pour collecter des informations et les cotisations des camerounais dans l'espoir de leur offrir une prise en charge sanitaire dans un système de santé complètement délabré. Le risque étant de cotiser et ne pas se faire soigner plus tard. Une situation quasi similaire à celle des téléphones ! !

On remarque donc que seule la situation des téléphones a véritablement ému les camerounais pendant que l'essence même de leur existence est entrain d'être froissée.

Pourquoi l'indignation sélective au Cameroun ?

Albert ZE, économiste de la santé

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !