Dr Louis De Djob : « L’allaitement exclusif protège le nouveau-né des infections gastro-intestinales… »

L’allaitement maternel est généralement considéré comme la méthode la plus optimale d’alimenter un bébé. Ses effets positifs se voient non seulement sur le nourrisson, mais aussi sur la mère, et ultimement sur le système de santé.

Image d'illustration (c) Droits réservés

Pour comprendre les tours et les contours de plus en plus néglié par les jeunes mamans, lebledparle.com s’est rapproché d’un pédiatre, Dr Louis De Djob qui explique ce qu’est l’allaitement maternel, son apport sur la santé du nourrisson…

Dr Louis De Djob, vous êtes spécialiste en pédiatrie. Selon vous, c’est quoi allaitement maternel ?

Il s’agit de l’alimentation du nouveau-né ou du nourrisson par le lait de sa mère. Je tiens à préciser que le terme allaitement maternel est réservé exclusivement à ce mode d’alimentation. La nutrition par l’intermédiaire d’une tasse, d’une cuillère, d’un biberon du lait maternel exprimé est considérée également comme un allaitement maternel même s’il ne s’agit pas d’un allaitement au sein

Quels sont les différents modes d’alimentation et quels sont leurs avantages et inconvénients ?

Il existe 2 modes d’allaitement, il s’agit principalement de : l’allaitement exclusif : lorsque le nouveau-né ou le nourrisson reçoit uniquement du lait maternel à l’exception de tout autre ingestat, solide ou liquide, y compris l’eau. Et l’allaitement partiel : lorsqu’il est associé à une autre alimentation comme des substituts de lait, des céréales, de l’eau sucrée ou non, ou toute autre nourriture.

Parlons de l’Alimentation mixte. Qu’est-ce que vous en pensez ?

L’alimentation mixte est le mode d’alimentation où le bébé reçoit à la fois le lait de sa mère et une formule infantile. Il est dit est majoritaire si la quantité de lait maternel consommé assure plus de 80 % des besoins de l’enfant ; moyen si elle assure 20 à 80 % de ses besoins et faible si elle en assure moins de 20 %. Pour moi, tant qu’il est possible de procéder à un allaitement maternel exclusif, c’est vraiment l’idéal.

À quelle période devrait commencer l’alimentation mixte ?

Je pense qu’il faut d’entrée de jeu ne pas confondre le sevrage avec ablactation. Le sevrage correspond à l’introduction d’un aliment en général solide pendant la poursuite de l’allaitement maternel. L’ablactation correspond à l’arrêt complet de l’allaitement maternel. La diversification quant à elle correspond à l’introduction d’autres aliments. Il est préférable de le débuter vers 6 mois, car à cet âge le lait maternel ne suffit plus pour satisfaire les besoins nutritionnels du nourrisson. Il s’agit là de l’alimentation de complément.

Pourquoi l’alimentation au sein maternel est considérée comme idéal pour le bébé ?

L’allaitement exclusif protège le nouveau-né des infections gastro-intestinales et, dans une moindre mesure, des infections ORL et respiratoires. L’effet protecteur de l’allaitement maternel dépend de sa durée et de son exclusivité.

Dites-nous docteur, combien de temps devrait durer l’allaitement exclusif ?

Seul l’allaitement à la demande permet au nourrisson de réguler ses besoins nutritionnels. La plupart des nourrissons allaités ont besoin de téter fréquemment, y compris la nuit (souvent davantage que les 6 à 7 tétées préconisées habituellement), d’autant que la tétée a d’autres fonctions que nutritionnelle (réconfort, plaisir, tendresse). Il existe des écarts interindividuels dans la fréquence, la durée et la régularité des tétées. Cela rend nécessaire la proximité de l’enfant avec sa mère 24 heures sur 24.

Quelles différences y a-t-il entre un bébé allaité au sein et celui alimenté au biberon ?

Un nouveau-né allaité a moins de risque de faire une diarrhée ou une pneumonie par rapport à un autre alimenté au lait artificiel. L’allaitement maternel est une pratique naturelle où l’enfant reçoit le plus simplement possible les éléments adaptés à sa croissance tandis qu’une alimentation artificielle nécessite une préparation minutieuse et provient de lait d’animaux. De plus, l’allaitement exclusif suffit à satisfaire les besoins nutritionnels et hydriques d’un nouveau-né sain à terme s’il tète de manière efficace et à la demande tandis que l’introduction de substitut perturbe le bon déroulement de l’allaitement maternel et entraîne un sevrage plus précoce.

Parlant toujours de l’allaitement, quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes mamans ?

Les bienfaits de l’allaitement exclusif sont reconnus tant en termes de protection contre les maladies infectieuses et de capacité à satisfaire les besoins énergétiques de l’enfant qu’en termes de développement des liens affectifs entre l’enfant et sa mère et enfin de santé de la mère. Allaitons nos bébés !!!!

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !