Boko Haram : Abubakar Shekau tue l’un de ses proches pour complot

Dans un enregistrement sonore obtenu par l’AFP, le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, annoncé avoir tué l'un de ses membres.

DR

Dans cet enregistrement sonore d’une réunion organisée par Shekau et ses commandants, le chef du groupe annonce avoir « tué Tasiu » - également connu sous le nom d’Abu Zinnira- accusé de comploter contre lui, dans un climat de divisions et de luttes fratricides au sein du groupe jihadiste nigérian. Notamment d’avoir tenté de le renverser avec un autre commandant, Baba Ammar. Ils les accusent également d’avoir mené des combats sans son consentement et d’avoir fait courir le bruit qu’il était devenu incapable de mener l’insurrection

« Écoutez-moi: j’ai tué Tasiu. Écoutez-moi bien », répète Shekau dans cet enregistrement, destiné aux membres du mouvement jihadiste.

Ce commandant apparait comme l’un des porte-parole dans plusieurs vidéos du groupe, notamment celle qui avait revendiqué l’enlèvement des lycéennes de Chibok en 2014.

La réunion, qui s’est déroulée le 18 décembre dernier, visait à « faire taire les rumeurs autour de la mort de Tasiu », selon les déclarations de Shekau, à la tête du groupe islamiste depuis 2009, après la mort de son fondateur Mohamed Yusuf.

Pour Yan St-Pierre, consultant en contre-terrorisme pour MOSECON (Modern Security Consulting Group), appuie ces déclarations, affirmant qu’il y avait « de nombreuses spéculations internes quant à son sort ». « Des membres du groupe s’inquiétaient de sa disparition depuis pas mal de temps. »

 « Le but de Shekau est d’envoyer un message clair au plus grand nombre de ses combattants », poursuit l’expert des mouvements jihadistes, et de les informer de cette « purge » contre quiconque pourrait défier son pouvoir.