« 20 ans d’emprisonnement pour propagation de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux, c’est peu ! », pense le vice recteur de l’université de Ydé 1

Invité sur le poste national de la CRTV le 22 janvier 2017, Emmanuel Tonye le vice-recteur de l’Université de Yaoundé I, coordonnateur du Master professionnel en sécurité des systèmes d’informations et de communications en formation à distance, a été interrogé sur l’application de la loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité réprimant les actes de terrorisme, notamment dans le cadre de l’usage des réseaux sociaux.

Emmanuel Tonye le vice-recteur de l’Université de Yaoundé I
Emmanuel Tonye le vice-recteur de l’Université de Yaoundé I - DR

« Lorsque vous voyez les conséquences d’une information mensongère sur les réseaux sociaux, vous comprenez que 20 ans c’est peu. Si l’information mensongère a entraîné le suicide de quelqu’un. N’est-ce pas évident de condamner l’auteur à peut-être plus de 20 ans d’emprisonnement ? Si l’information mensongère a entraîné une catastrophe, cela paraît normal que le coupable soit bel et bien puni pour une telle durée d’emprisonnement (…)», a indiqué le Pr Emmanuel Tonye au cours de cette émission radio.

Dans sa campagne de sensibilisation sur l’usage des réseaux sociaux, la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, a indiqué qu’en plus de l’application de la loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité, celle portant sur la répression des actes de terrorisme pourrait être appliqué en cas de propagation de fausse nouvelle sur les réseaux sociaux.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !