Après les manifestations anti-Biya de Genève, Calibri Calibro annonce de nouvelles actions fortes

Le commandant du mouvement baptisé Brigade Anti-sardinards, révèle dans une vidéo en circulation sur la toile, que ses éléments et lui, repartiront à l’attaque pour cette fois, « envahir le centre-ville de Genève ».

Calibri Calibro (c) Droits réservés

Si de nombreux pro-Biya considèrent les manifestations de samedi dernier à Genève comme un échec cuisant, c’est tout le contraire des personnes qui ont pris d’assaut les rues de la ville helvétique pour réclamer le départ du président camerounais de l’Hôtel Intercontinental où il loge depuis le 11 juillet. Dispersés par des gaz lacrymogènes et canons à eau, les activistes de la BAS promettent de revenir.  «Nous donnons jusqu’à samedi (24 juillet 2021, NDLR) aux autorités suisses. Si d’ici là Monsieur Biya n’a pas quitté la Suisse, nous allons organiser une grande manifestation, une grande contestation à Genève», annonce Calibri Calibro dans une nouvelle vidéo diffusée sur la toile.

Abdoulaye Thiam de son vrai nom, entend rendre invivable le séjour de Paul Biya et donne jusqu’au 24 juillet aux autorités suisses pour le faire partir.

 «Je puis aussi vous dire, à vous autorités suisses, que les prochaines actions de la Brigade Anti-Sardinards ne vont pas être déclarées. Ne nous attendez pas à la place des Nations Unies. Nous allons envahir le centre-ville de Genève. Nous n’allons pas vous dire quand ni comment, mais sachez que le centre historique de Genève va être pris d’assaut par les membres de la Brigade Anti-Sardinards», a-t-il promis.

Les activistes de la BAS ne semblent pas inquiétés les moyens déployés par la police genevoise, encore moins, par les arrestations de ce lundi 19 juillet 2021. En effet, selon les informations de la presse helvétique, 12 personnes impliqués dans ces marches, ont été condamnés par la justice suisse à des peines allant de 40 à 180 jours pour violation de domicile, entrée illégale en Suisse, infraction à la loi sur les armes, provocation publique au crime ou à la violence, empêchement d’accomplir un acte officiel.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !