Promotion immobilière : La Banque mondiale veut accompagner l'association des promoteurs immobiliers du Cameroun

Cette possibilité d’accompagnement a été examinée lors d’une réunion de travail entre la Banque Mondiale (BM) et l’Association des Promoteurs Immobiliers du Cameroun (APIC), le mercredi 20 avril 2022 à Yaoundé.

La délégation de la Banque Mondiale et les représentants de l'APIC - DR

L’APIC et la Banque mondiale se sont réunies à Yaoundé le 20 avril dernier. Parmi les sujets inscrits à l’ordre du jour lors de cette séance de travail, « l’accompagnement sur la production sociale, l’appui à la sécurité foncière, l’assistance technique à la promotion immobilière privée ».

La BM ayant effectué une première mission virtuelle d’identification du projet pour le financement de l’habitat inclusif au Cameroun du 10 novembre au 22 décembre 2021, a reçu officiellement la requête du Gouvernement pour démarrer la préparation d’accompagnement du secteur du logement à travers l’habitat inclusif au Cameroun.

Recueillir les contraintes de la promotion immobilière privée

Face à la presse au soir des travaux, la chef de la délégation de la Banque Mondiale, Alexandra La Courtoise est revenue sur les contours de cette rencontre : « Je suis au Cameroun actuellement pour préparer une nouvelle opération d’accompagnement du secteur du secteur du logement au Cameroun. Nous avons rencontré l’APIC pour parler des difficultés rencontrées par la promotion immobilière dans le secteur du logement. Relevons que les défis sont énormes. La BM essayera à travers son engagement de résoudre certaines de ces difficultés, contraintes auxquelles la promotion immobilière fait face, pour qu’elle puisse prendre une part importante dans le secteur du logement, aider à transformer les villes. Le programme de la BM ne finance pas le logement au Cameroun. Il finance d’autres outils qui permettent d’accompagner le développement du marché, pas la promotion directement. Nous avons surtout aujourd’hui parlé des contraintes de marché, les contraintes administratives, la règlementation, la formation. Autant de point qui sont tout aussi important que le financement. Parce que je pense que le financement n’est pas nécessairement la contrainte principale », a-t-elle fait savoir.

La spécialiste en développement urbain à la BM a également évoqué des challenges de l’APIC en tant médiateur entre les promoteurs immobiliers et le gouvernement, et les instances internationales. « L’APIC a besoin de renforcer sa crédibilité aujourd’hui en tant que association. Donc je pense que c’est la première tâche qu’elle devrait menée en amont pour être représentatif d’une profession. Je pense qu’il y a l’APIC, qu’il y a les promoteurs. Donc, il faut que l’APIC se repositionne, pour pouvoir être un acteur porteur de dialogue », suggère-t-elle.

Le promoteur immobilier privé, un acteur majeur

A son tour, le président de l’APIC a exprimé son satisfécit non sans énoncer les perspectives de collaboration entre les deux structures. « C’est un sentiment de satisfaction, sentiment d’être compris. C’est un plaidoyer que nous avons mené depuis 2011. Et en tant qu’acteur du secteur urbain au Cameroun et du secteur de la construction notamment, construction et production des parcelles. C’est un sentiment que des institutions de financements internationaux comme la Banque Mondiale reconnaissent que le promoteur immobilier privé est un acteur majeur et qu’on ne peut pas faire sans lui. Le sentiment du président que je suis, c’est celui d’une organisation qui est contente de savoir qu’on tient compte de ses membres.  C’est un peu l’aboutissement d’une série d’étude que la Banque mondiale réalise sur le Cameroun depuis 2011 et nous nous réjouissons qu’à ce jour que la BM ait déjà pris des options sur les différents produits à financer. La BM est venue nous dire qu’elle s’intéresse désormais n’est-ce pas au financement de la production foncière, de la production des logements, mais que pour ces axes là, ce sont les entités publiques qui sont leur cible, c’est-à-dire la MAETUR, la SIC, les Mairies. Mais qu’en ce qui concerne les promoteurs immobiliers privés, il y a une assistance technique qu’ils mettent à disposition, question de renforcer les capacités des promoteurs immobiliers sur différents points d’insuffisance qui ont été déjà relevés. Ça permettrait lors de cette assistance technique, cette accompagnent d’identifier éventuellement ou bien de certifier la compétence des promoteurs immobiliers et leur représentativité et naturellement pouvoir évoluer vers un appui ou une possibilité de coopération financière qui pourrait donc toucher les axes de production des parcelles, de construction de logement, destiné aux personnes, aux populations à faible revenu. C’est que la BM et nous avons retenu aujourd’hui. Mais au-delà de cela, ils se sont dit à analyser quelques propositions de parcelles ou de sites présentés par les promoteurs immobiliers pour voir la faisabilité d’accompagnement de la BM qui restreindrait dans les infrastructures d’approches, c’est-à-dire les voies primaires, les voies d’accompagnement, les électricités et l’eau pour desservir le site du projet », déclare-t-il aux journalistes.

L’Association des Promoteurs Immobiliers du Cameroun (APIC) est l’unique instance professionnelle représentant les promoteurs immobiliers du secteur privé et public au Cameroun.

L’APIC rassemble les sociétés de promotion immobilière adhérentes via les chambres régionales. Interlocuteur privilégié des pouvoirs publics sur la production immobilière (logement, immobilier d’entreprise et résidences etc.), l’APIC promeut les intérêts de la profession. Dans cette optique, elle échange avec l’ensemble des acteurs du secteur de l’immobilier et participe activement à l’amélioration du cadre de la promotion immobilière.