Cameroun : Les fonds du Covid-19 divisent Manaouda Malachie et Louis Paul Motaze

Les deux ministres ont eu des échanges épistolaires sérieux à l’issue de la publication le 21 juillet 2021, du rapport d’exécution du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales (Fonds Covid-19).

Louis Paul Motaze & Manaouda Malachie (c) Droits réservés

Le 21 juillet 2021, le rapport d’exécution du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales (Fonds Covid-19) a été rendu public par le ministère des Finances.

Les reproches de Motaze à Manaouda

A le feuilleter, le document du Minfi fait un certain nombre de reproche au Minsanté : « À date, les pièces justificatives pour la régularisation de ces dépenses sont encore attendues au ministère des Finances. Pour cette raison, le Minfi a saisi son collègue du Minsanté dans sa correspondance datée du 27 janvier 2021, pour la transmission de toutes les pièces constitutives des liasses de dépense payées en avance de trésorerie, conformément aux règles en vigueur, afin que les couvertures budgétaires soient faites dans le dispositif mis en place pour la gestion des dépenses du CAS Covid-19 », affirme le rapport.

A en croire Motaze, ce sont ces insuffisances qui constituent entre autres, les « écueils [qui] ont entravé la bonne exécution des activités sur financement Covid-19 au courant de l’exercice 2020la non régularisation par le ministère de la Santé, des avances de trésorerie consenties à son profit pour un montant total de 45,9 milliards [de FCFA] », peut-on lire dans le rapport.

Le Minsanté réplique

De son coté, dans une correspondance datée du 27 juillet 2021, Manaouda Malachie recadre Louis Paul Motaze sur deux aspects. D’abord, le montant des avances de trésorerie autorisées à son profit et la non production des pièces justificatives pour la régularisation des dépenses réalisées avec ces avances de trésorerie. Ensuite, il regrette que ses services n’aient pas été associés à la rédaction du rapport d’exécution.

Pour ce dernier, « Contrairement à ce qui y est évoqué en page 213, (…) les dépenses effectuées par la paierie spécialisée auprès du ministère de la Santé publique dans le cadre de la riposte sanitaire au Covid-19 s’élèvent à 34,5 milliards et non à 45,89 milliards FCFA », lit-on dans sa correspondance en invitant le Minfi « de procéder à la rectification » des « incorrections (…) qui pourraient être de nature à fausser [la] sincérité » de son rapport.

Pour mettre de l’eau à son moulin, le pharmacien de formation indique que « la liasse documentaire en soutien de la dépense est bel et bien disponible dans les services du Trésor ayant effectué toutes ces opérations, et qui relèvent d’ailleurs de votre département ministériel », lit-on.

Tout en soulignant que les dépenses payées au niveau de la paierie spécialisée du Minsanté « ont été exécutées en procédures normales », Manaouda Malachie fait savoir que « la régularisation, qui n’est rien d’autre qu’un mécanisme de couverture budgétaire, ne saurait être de la compétence du ministère de la Santé publique, alors même que suivant les dispositions de la circulaire nº 000220/C/Minfi du 22 juillet 2020 précisant les modalités d’organisation, de fonctionnement et de suivi-évaluation du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales ».  

Ce qu'il faut savoir 

Au-delà de cette guerre épistolaire, la page 123 apporte plus d’éclairages. L’on apprend que toutes « les avances de trésorerie consenties au profit du ministère de la Santé » qui s’élève à 45,9 milliards de FCFA. Et à la page 26 de préciser que ces avances sont de trois types à savoir : « 34,52 milliards de FCFA payés à la paierie spécialisée du ministère de la Santé publique comme le revendique le Minsanté ; 3,3 milliards de FCFA au titre des sommes perçues sous forme de dons des personnes physiques et morales logées dans les banques commerciales (BGFI et UBA), et 8,07 milliards de FCFA des avances de trésorerie consenties par la paierie spécialisée CAS Covid-19. Ce qui fait bien 45,8 milliards de FCFA au total », rapporte Investir au Cameroun.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !