Christian Penda Ekoka : « Le harcèlement fiscalo-douanier est contre-productif »

Dans une publication sur les réseaux sociaux le jeudi 22 octobre 2020, le président du mouvement AGIR/ACT se prononce sur l’affaire de la taxe sur le téléphone portable qui a été suspendu provisoirement par le Chef de l’Etat.

Christian Penda Ekoka - capture vidéo

L’économiste pense que la pression fiscale et douanière est contreproductive, parce qu’il détériore le climat des affaires. « Le harcèlement fiscalo-douanier, en cours tous azimuts, est contre-productif. Il dégradera davantage le climat des affaires tout en favorisant l'extension du secteur informel. Il est en déphasage avec l'action attendue des gouvernements responsables pour soutenir les entreprises et ménages confrontés aux effets néfastes du Covid-19 », écrit l’allié de Maurice Kamto.

La pression fiscale qui tue le climat des affaires fait la promotion du secteur informel qui signifie la défaillance gouvernementale. « Il faut préciser pour le lecteur que la prolifération du secteur informel, loin d'être spontanée, est le résultat des multiples défaillances gouvernementales en matière  d'infrastructures, de complexité fiscale, d'accès aux crédits, de tracasseries administratives, de corruption, etc. Elles minent l'environnement des affaires et contribuent aux dérives connues : contrebandes, contrefaçons, etc. L'aggravation de chacun de ces facteurs favorise le renforcement de l'informel. D'où leur contribution à l'inefficacité globale de l'appareil économique d'un pays. Un tel développement n'a rien de partisan », ajoute Christian Penda Ekoka.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !