Scandale à l’élection Miss Cameroun 2022 : Une candidate démissionnaire fait des révélations troublantes sur le Comica

Alors que la grande finale du plus prestigieux concours de beauté du pays aura lieu demain vendredi 7 janvier, une finaliste ayant choisi de jeter l’éponge a décidé de déverser sa bile sur le Comité d’organisation.

Des finalistes de Miss Cameroun 2022 (c) Droits réservés

Initialement au nombre de 31, c’est finalement 28 candidates qui défileront sur le podium de Miss Cameroun 2022 le 7 janvier au Palais des Sports pour tenter de décrocher la couronne nationale. Pour cause, 3 finalistes ont choisi de plier bagages avant le jour dit. Il s’agit de : Melissa Masso (2e dauphine Miss Est), Zita Tamasang ( 2e dauphine Miss Nord-ouest) et Yvonne Nguiviassi (1ere Dauphine Miss Adamaoua). C’est d’ailleurs cette dernière qui a choisi de faire des révélations fracassantes à la page Facebook Fair Play Entertainment.

«Déjà qu'on profite de nous financièrement, psychologiquement, physiquement on dépense beaucoup en énergie. Je me suis dit que quand tu pars à Miss Cameroun, on te donne les vêtements et autres nécessaires pour la campagne du concours. Mais non. On nous a plutôt sorti une liste des choses à acheter avec nos propres moyens, et on l'a fait. On nous a donné des noms de ces greffes bizarres là et très chère (90 mil minimum), nous avons acheté mais tout ça par amour pour ce que nous faisons et parce nous étions passionnées de la chose. Pour nous c'est non seulement une passion mais aussi un rêve », s’indigne la jeune dame.

Un contrat polémique

Dans la suite de son discours, 1ere dauphine Adamaoua dénonce un contrat inique qui implique la cession des droits d’image de toutes les candidates pendant une durée de trois ans. Elle qualifie cet acte d’ «escroquerie».

« On nous sort des contrats qui parlent d'utilisation indirecte et directe de notre personnalité envers leurs besognes. Et aussi il est indiqué que nous devons leur appartenir pendant une durée de 3ans. Temps pendant lequel sur tous nos contrats après le concours, ils auront un pourcentage de 60% tant dis que nous avons 40% pendant 3 bonnes années… pourtant leurs mandats n'est que pour les gagnantes et ce n'est que sur 1 an. Mais ils veulent que même les perdantes leur appartiennent et travaillent pour eux durant 3 ans. Ils ont le droit de t'appeler à n'importe quel moment pour leurs besoins. Mais ça c'est presque une forme d'escroquerie », ajoute-t-elle. Dans le camp du Comica, personne n’a daigné apporter des éclaircis à cette sortie. Contacté par notre rédaction, un membre de dudit comité relève que le Comica est concentré sur lé seule organisation de la finale prévue dans quelques heures.