Piégée sur les réseaux sociaux le jour de la Saint Valentin, une jeune fille se fait séquestrer, violer et dépouiller à Soa

Sandrine, jeune fille âgée de 22 ans, est tombée sous le traquenard d’un vendeur d’illusion sur les réseaux sociaux qui a ensuite abusé physiquement d’elle, a appris Lebledparle.com des sources de Cameroon Tribune.

Droits réservés (c) image d'illustration

Le 14 février, jour des Amoureux, ne s’est pas bien passé pour Sandrine. La résidente du quartier Carrière à Yaoundé, a été piégée par un individu sur les réseaux sociaux. Le 14 février, elle s’est rendue au rendez-vous à Soa, la ville universitaire située non loin de Yaoundé, la cité capitale.

C’est ici que la victime devait se voir en présentiel avec son « amoureux » avec elle s’est longtemps échangé à travers son smartphone de manière virtuelle.

Malheureusement, elle « dit avoir été séquestré pendant trois jours, violée 12 fois sous la menace d’un poignard, dépouillée d’une somme de 28 000F et son téléphone portable puis abandonnée dans un bosquet », relate le quotidien gouvernemental qui fait savoir que c’est grâce à une âme de bonne volonté que la victime a pu rejoindre le quartier Carrière.

De retour chez elle, Sandrine va déposer une plainte contre inconnue. Sans tarder, les éléments du poste de gendarmerie de Carrière mettront la main sur un suspect le « 17 février vers 6h30 » à son domicile à Soa, grâce aux techniques de géolocalisation de la gendarmerie nationale.

Le bourreau n’est rien d’autre qu’un « individu de 29 ans, repris de justice et coutumier des faits de viol, séquestration, rétention sans droit et menace sous condition avec arme blanche », révèle CT.

Le journal à capitaux public ajoute que l’interpellation de ce suspect a permis de récupérer son poignard et une importante quantité de cannabis.

Aux dernières nouvelles, il est en exploitation à la brigade de gendarmerie de la Carrière en attendant d’être traduit devant les instances judiciaires.

Affaire à suivre…