Grand Barack : « Je signe le contrat de deux mois, trois mois avec les femmes »

Presque jeté aux oubliettes, le chanteur Grand Barack a été ressuscité par le journaliste Raoul Christophe Mbia dans un reportage diffusé sur Vision 4.

Grand Barack (c) Droits réservés

« C’est le nouveau morceau de Grand Barack qui me retient encore au pays », ainsi ironisent souvent des Camerounais sur la toile quand ils veulent faire allusion à l’impossibilité de la réalité de quelque chose.

Après quatre années de gloire, Menye Ndjana de son nom de naissance, devenu Grand Barack dans l’univers musical, a regagné son point de départ. Il passe désormais son quotidien dans son atelier de soudure à Eli-Mfomo, un des arrondissements du département de la Lékié, région du Centre.

Interrogé par notre confrère, l’auteur du titre « Gouter ça » a dit repartir du bon pied après avoir été fauché par la Covid-19 : « Je reprends ma vie à zéro vu que comme le corona a arrêté toutes les fêtes, », a-t-il souligné avant de préciser : « Quand il y avait souvent les fêtes, on m’invitait partout ».   

Dans les conditions de vie devenus difficiles, l’homme de 66 ans n’a pas une relation sentimentale fixe : « J’ai les femmes. Je me marie un mois. Je signe le contrat de deux mois, trois mois. Actuellement je ne peux pas prendre une femme pour dire que je vais la marier pour tous les jours. On s’observe pendant trois mois, six mois. Quand ça ne va pas, je cherche l’autre », a-t-il confié au microphone de Vision 4.

Selon le chanteur, son manger Steve Fah lui a vendu le vent or, approché par le reporter, le célèbre blogueur affirme que Grand Barack fait des occasions « lorsqu’il est saoul ». En tous, cas : « Je crois que dans la vie, il faudrait juste que les gens soient moins ingrats », a-t-il suggéré.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !