Melania Trump : la femme de Donald Trump, immigrée, top modèle et avaleuse de couleuvres

A 45 ans, Melania Trump est le premier soutien de son mari Donald Trump. Elle est devenue aujourd'hui la nouvelle "First Lady" des Etats-Unis.

Donald et Malania Trump
Donald et Malania Trump - DR

Melania Trump attire les flashs et les commentaires, souvent un brin sexistes. Tantôt présentée comme le versant "soft" des Trump, elle a aussi été régulièrement présentée comme "l'atout charme" de son mari dans cette campagne présidentielle américaine. Elle a rencontré son époux actuel lors d'un défilé de mode et s'est mariée à Palm Beach en 2005. L'épouse de Trump a participé avec lui à plusieurs émissions de télévision, dont la propre émission du Républicain "The Apprentice". Souvent restée en marge de la campagne, la troisième femme très sage de Donald Trump a été mobilisée dans la dernière ligne droite de l'élection américaine. À 45 ans, l'ancien mannequin et immigrée slovène est montée sur le devant de la scène pour tenter de "lisser" un peu l'image bourrue de son mari. Et pourquoi pas lui faire gagner les quelques voix qui ont manifestement fait la différence au soir des résultats de l'élection américaine.

Melania Trump a même donné son premier meeting en solo, la semaine dernière, en Pennsylvanie. Un discours lors duquel elle a tenté de mettre en avant, avec une pointe de timidité, les "valeurs américaines" : autrement dit "gentillesse, honnêteté, respect, compassion, générosité". Tout ce qui caractérise Donal Trump bien évidemment... Melania Trump a avant tout cherché à adoucir l'image de son mari. "Nous devons trouver une meilleure façon de nous parler, d'être en désaccord, de nous respecter", a insisté l'épouse de Donald Trump.

Melania Knauss, jeune fille slovène

Melania Trump, 45 ans, est un ancien mannequin. Melania Knauss est née en 1970 à Sevnica, une petite ville de Slovénie. Son père est garagiste et sa mère créatrice de mode. Elle débute sa carrière de mannequin à 16 ans, tout en préparant un diplôme en design et en architecture, selon son site Internet. Deux ans plus tard, elle signe un contrat avec une agence milanaise. En 1996, la jeune femme s'installe à New York.

Melania et Donald Trump : depuis 1998

Melania Trump rencontre son milliardaire de mari en 1998 lors d'une soirée en marge de la Fashion Week. Les rumeurs racontent qu'elle aurait d'abord refusé de lui donner son numéro, l'homme politique âgé alors de 53 ans s'étant rendu accompagné à cet événement. Finalement, en 2004, "la Belle et la Bête" se marient à Palm Beach, en Floride. Anecdote cocasse, le couple Clinton aurait assisté aux noces. Donald Trump était en effet un donateur de leur Fondation. Pour le milliardaire, c'est déjà un troisième mariage. Ensemble, ils ont un fils, Barron, âgé de neuf ans.

Melania Trump : soutien de poids sur l'immigration

Ce n'est pas sur les réseaux sociaux que Melania Trump dévoile le quotidien du milliardaire. Alors qu'elle partageait beaucoup de photos de ses voyages et loisirs sur Twitter - et même de son fils -, elle a subitement arrêté de poster des messages après la déclaration de candidature de son mari. Elle est par la suite restée tout aussi discrète. Mais Melania Trump a fini par accorder une interview à la chaîne américaine MSNBC dans l'émission "Morning Joe" en février 2016, durant laquelle elle s'est exprimée sur les sorties polémiques de son mari.

"Je ne pense pas qu'il insulte les Mexicains", a-t-elle notamment déclaré, alors que son mari annonçait vouloir construire un mur entre les États-Unis et le Mexique pour endiguer l'immigration clandestine. "Il parle d'immigration clandestine", précise-t-elle. D'origine slovène, Melania Trump affirme elle-même avoir "suivi la loi" pour devenir citoyenne américaine. "Je n'ai jamais pensé rester ici sans papier", lance-t-elle. Et quand Donald Trump clame que les musulmans ne devraient plus avoir le droit d'entrer sur le territoire américain, là encore, Melania opine du bonnet. Pour elle, une telle mesure, provisoire, est nécessaire pour la sécurité du pays. "Il veut protéger les citoyens américains, (...) garder le pays en sécurité".

Melanie-Trump1.jpg

Melania Trump, femme soumise ?

Melania Trump n'est pas pour autant toujours d'accord avec son mari. Dans une interview accordée à Paris Match, elle affirme : "Je ne suis pas une femme soumise qui dit oui à tout, y compris à son mari. Je le soutiens totalement, sans pour cela être une 'yes woman'". "Je lui donne très souvent mon opinion, je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il dit mais c'est normal", avoue-t-elle aussi lors d'un entretien accordé à CNN, fin février. Elle regrette notamment le langage que le candidat républicain emploie parfois, comme le jour où il a répété le mot "pussy", d'abord utilisé par une sympathisante...

Elle devra plus tard subir des accusations beaucoup plus graves de propos et même de comportements douteux de la part de Donald Trump, mais le fera sans broncher : "Ce n'est pas l'homme que je connais", soutiendra-t-elle, reconnaissant tout juste un "langage pas approprié", "pas acceptable", mais des "discussions de "mecs""... Pour elle, si son mari est accusé sur le sexisme, c'est avant tout parce que les médias veulent "influencer le peuple américain dans leur vote"…

Melania Trump : un discours catastrophe

On se souviendra aussi de cette polémique après son discours lors de l'investiture de son mari par le parti républicain. En juillet 2016, alors que Donald Trump devient officiellement le candidat des conservateurs , l'ancien mannequin prend la parole dans un discours empreint d'émotion. Les jolies phrases s'enchaînent, notamment sur les hispaniques, les Afro-Américains, les musulmans et les Asiatiques, tous des cibles de Donald Trump.

Le coup de com' semble parfait, sauf que des journalistes s'aperçoivent que le discours est en grande partie un copié-collé d'une allocution de Michelle Obama en 2008. Le scandale fera le tour des médias de la planète, certains n'hésitant pas à diffuser des extraits des deux discours pour mettre en évidence la supercherie. L'équipe de Melania Trump tentera de stopper la catastrophe en plaidant l'erreur : "En écrivant son beau discours, l'équipe de Melania a pris des notes sur les sources d'inspiration de sa vie, et a dans certains cas inclus des fragments reflétant sa propre pensée".