Décédé en France, un Camerounais est victime de trafic d’organe sous le prétexte de coronavirus

La victime est décédée à l’hôpital privé Paul d'Egine de Champigny-sur-Marne le 8 avril, a appris Lebledparle.com des sources de Camer 24.

Illustration (c) Droits réservés

Le 8 avril 2020, Johnson Ekoutou a rendu l’âme à l’hôpital privé Paul d'Egine de Champigny-sur-Marne en France. « Son certificat de genre de mort que détient son épouse indique qu'il est décédé de Covid-19 et a fait don d'un organe », indique notre confrère.

Or, selon le site, les journalistes Abdelaziz Mounde et Jean Celestin Edzangue communiquent avec la veuve dont la version des faits ne coïncide pas avec le document qu’a délivré la structure hospitalière car : « son mari ne présentait pas les symptômes de Covid-19 et n'a jamais signé une autorisation de don d'organe », relate notre confrère.

Sur ces entrefaites, le journal précise que les journalistes susmentionnés,  suivent l’enquête ouverte.

Affaire à suivre….