Le Canada investit 22,6 m$ pour former des mathématiciens Africains pour lutter contre les changements climatiques

L’initiative vise à former des mathématiciens africains afin qu’ils trouvent des solutions permettant d’atténuer les changements climatiques ou de s’y adapter.

Crédit: AIMS

 La ministre du Développement international et de la Francophonie, l’honorable Marie-Claude Bibeau, a annoncé que le Canada fournira 22,6 millions CAD sur cinq ans à l’initiative « À la recherche du prochain Einstein » de l’Institut africain des sciences mathématiques (AIMS).

Grâce à ce financement, l’Institut AIMS étendra son modèle efficace de formation d’étudiants africains de cycle supérieur en mathématiques avancées, afin de mettre l’accent sur les changements climatiques. Le financement sera versé par Affaires mondiales Canada (19,6 millions CAD) et le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) (3 millions CAD). Le CRDI assurera la gestion du financement pour le compte du gouvernement du Canada.

Grâce à ce financement du gouvernement du Canada, l’Institut AIMS mettra sur pied un programme spécialisé sur les changements climatiques à son centre du Rwanda, et un cours sur les changements climatiques sera offert dans tous ses centres.

L’Institut AIMS appuiera aussi jusqu’à trois centre de recherche, qui dirigeront une cinquantaine de chercheurs africains dans la création d’un corpus de connaissances spécialisées sur les répercussions des changements climatiques en Afrique. Il créera également un programme de stages sur les changements climatiques pour ses étudiants et diplômés, de même que des bourses de recherche pour permettre aux mathématiciennes africaines d’exception de mener des recherches sur les changements climatiques. Un nouveau centre de l’Institut AIMS ouvrira ses portes en Afrique francophone.

L’Institut forme une masse critique de mathématiciens en Afrique afin d’aborder les défis complexes qui se posent au continent en matière d’économie, de santé, d’agriculture et d’environnement. Chaque année, 50 des meilleurs étudiants des cycles supérieurs de l’Afrique s’inscrivent à chacun des six centres de l’Institut pour suivre un programme de dix mois menant à l’obtention d’une maîtrise en sciences mathématiques.

Les diplômés de l’Institut ont déjà démontré l’influence qu’ils peuvent avoir sur la recherche sur les changements climatiques. Par exemple, des diplômés ont élaboré des modèles de culture permettant d’estimer l’avenir de la sécurité alimentaire dans le contexte des changements climatiques, utilisé la modélisation mathématique pour aider l’industrie à transformer les déchets en énergie, et conçu des modèles permettant de comprendre les schémas de propagation des maladies infectieuses dans le contexte du réchauffement climatique qui prolonge les saisons de transmission.

L’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) est un réseau panafricain de Centres d'excellence pour la formation scientifique, la recherche de pointe et l'engagement public dans les sciences mathématiques. Sa mission est de permettre aux étudiants les plus brillants d'Afrique de s'épanouir en tant que penseurs indépendants, doués pour résoudre les problèmes, et en tant qu'innovateurs stimulant la future indépendance scientifique, éducative et économique de l'Afrique. Fondé en 2003, l’Institut a déjà diplômé 1200 étudiants, dont 30% sont des femmes.  L'objectif de l'initiative Next Einstein (NEI) est de construire 15 centres d'excellence à travers l'Afrique d'ici à 2023. Parmi ceux-ci, six sont déjà opérationnels au Cameroun, au Ghana, le Rwanda, le Sénégal, l'Afrique du Sud et en Tanzanie.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !